Au fil des jours

par  J.-P. MON
Publication : février 1981
Mise en ligne : 15 octobre 2008

Aux Etats-Unis, une gauche syndicale relativement importante se développe autour de l’United Automobile Workers. L’Institut Américain pour le Socialisme Démocratique (dont les liens avec cette gauche sont très forts) avait demandé à des socialistes ou des socio-démocrates européens d’animer une conférence sur « l’Eurosocialisme et l’Amérique ». Parmi les intervenants on a noté F. Mitterand, Olof Palme, P. Hureau (C.F.D.T.). Leurs interventions, centrées sur trois thèmes (la démocratie économique, sociale et politique) ont permis une critique sévère et argumentée des effets néfastes des politiques monétaristes menées en Occident, mais elles n’ont apporté aucune innovation  : les socialistes n’ont pas encore élaboré de solutions nouvelles permettant de sortir de la crise. Ce qui conduit le journaliste du « Monde » qui assistait aux débats à écrire  : « En ce sens, les leaders de la social- démocratie européenne n’ont peut-être pas répondu totalement à l’attente de leurs interlocuteurs américains. » On cherche le La Fayette de l’économie !

*

« Il y a actuellement quelques raisons de porter sur le gouvernement français le jugement qu’Alexis de Tocqueville portait sur celui de Louis Philippe, autre apôtre du « juste milieu »  : il (le gouvernement) avait pris l’allure d’une compagnie industrielle où toutes les opérations se font en vue du bénéfice que les sociétaires- pouvaient en retirer. »
Devinez qui parle ainsi du gouvernement de V.G.E.-Barre ? C’est P. Charpy dans l’organe du R.P.R. « La Lettre de la Nation » du 9-121980.
A ma connaissance il y a toujours des ministres R.P.R, au gouvernement. Il faut dire que la soupe est bonne, tellement que je suis à peu près sûr que le R.P.R. appellera à voter pour V.G.E. au second tour des présidentielles.

*

Un symbole : En « voyage privé » aux Antilles, V.G.E. a assisté à la messe de minuit dans l’église Sainte Luce qui est une réplique exacte, mais en dimensions réduites, de la Basilique du Sacré Coeur de Montmartre .
Au cas où vous l’auriez oublié, je vous rappelle que cette dernière a été édifiée en témoignage de reconnaissance au Seigneur... pour avoir délivré la France de la Commune.

*

Et si l’on parlait des excédents des pays consommateurs de pétrole  ? C’est ce que fait Lammers dans le numéro d’« Energies  » du 24-10-1980 : « Peut-être serait-il bon de réfléchir, si l’on veut parler en connaissance de cause des « fabuleux » revenus des pays pétroliers, au fait qu’en 1978 ces derniers touchaient 13 dollars par baril vendu en Europe et qu’ils en toucheront sans doute en moyenne 16 en 1980. Mais, dans le même temps, les pays consommateurs percevaient un revenu fiscal au baril raffiné de 13,40 dollars qui sont devenus 17 dollars en 1980. Et l’on n’entend pas dire que les pays consommateurs tirent un profit fabuleux du pétrole...  ».

*

La Grèce est devenue le 1er janvier dernier le dixième membre du Marché Commun. Et ça va encore nous coûter cher ! En effet, les producteurs de poires et de raisins de table grecs, de prix de retraits plus élevés que ceux que reçoivent les producteurs français ou italiens. Les prix de retraits, ce sont les sommes que l’on paie pour les quantités de produits retirées du marché et détruites en cas d’excédents.

*

Pour l’ensemble des pays de l’O.C.D.E., le nombre des chômeurs a été en 1980 de 23 millions, soit 5,8 % de la population active. La France de Giscard- Barre a fait mieux que la moyenne puisque le pourcentage de chômeurs a a atteint 6,6 %.
Les experts de l’O.C.D.E. estiment que d’ici huit mois ce taux atteindra en France 8 % de la population active contre 7,5 pour l’ensemble de l’O.C.D.E.

*

Selon un rapport du Bureau International du Travail, l’introduction de plus en plus grande de l’électronique dans le commerce et les bureaux risque de priver les femmes des emplois qui leur permettaient de vivoter. Les nouvelles technologies réduisent désormais la capacité d’accueil du secteur tertiaire considérée jusqu’ici comme illimitée. L’ordinateur et la bureautique vont conduire à une réduction des effectifs : une illusion de plus qui s’écroule !

*

Une idée très répandue... mais fausse, celle qui consiste à croire que les bas prix pratiqués par les Japonais sont dûs à des salaires de misère. En fait, la rémunération moyenne dans l’automobile est à peu près la même qu’en France et la retraite moyenne pour l’ensemble des salariés atteint presque le double de ce qu’elle est chez nous, avec un âge de départ à la retraite inférieur de cinq ans.

*

Si l’on en croit André Fontaine (« Le Monde » du 24-12-1980) , le secret de la réussite japonaise, c’est l’obsession d’apprendre et d’enseigner. En effet, 96 % d’entre eux terminent des études secondaires et 39 % des études supérieures.