Bonne année, bonne santé !

par  M.-L. DUBOIN
Publication : janvier 2011
Mise en ligne : 9 mars 2011

L’actualité a rarement accumulé autant de preuves, et en si peu de temps, des ravages que peut entraîner l’idéologie libérale apliquée à la gestion des services au public. Quand est tombée la neige d’hiver, on s’est aperçu qu’il n’y avait plus d’employés municipaux, que le personnel préposé à l’entretien des routes était nettement insuffisant, qu’il n’avait pas de chasse-neige disponibles et même pas assez de sel. La situation qui a été offerte aux passagers bloqués dans les aéroports, maintenant entreprises privées, est scandaleuse. Là, c’est le glycol qui n’avait pas été prévu ! Et plus d’une semaine après, la société Air-France-KLM n’avait toujours pas restitué quelque 10.000 bagages à leurs propriétaires. Qu’aurait-ce été si la neige était tombée à Roissy comme à New-York ? La démonstration la plus spectaculaire est peut-être celle des six cents voyageurs du train Strasbourg-Port-Bou, 12 heures de retard ! C’est sans doute exceptionnel, mais on fait forcément le rapprochement avec tous les incidents qui ont suivi la privatisation du rail au Royaume-Uni, les mêmes causes ont souvent les mêmes effets…

Ces effets sont encore pires dans les domaines de la santé et de l’école. Bien qu’un rapport, début décembre, ait montré l’échec des récentes réformes scolaires et de la diminution du nombre d’enseignants, cette politique odieuse va être poursuivie en 2011 : après les 66.000 suppressions de postes depuis 2007, 16.000 autres sont annoncées pour la rentrée prochaine ! La dernière trouvaille de notre gouvernement, décidément très innovant, est d’offrir une prime aux recteurs qui se montreront les plus efficaces pour appliquer ces coupes sombres !

Cette dégradation programmée de l’enseignement aura des conséquences irrémédiables. Et celle des services de santé n’est pas moins dramatique.

Alors, chers lecteurs fidèles, ce n’est pas le moment de se résigner. Les vœux que nous formons pour vous, à La Grande Relève, sont évidemment d’abord ceux d’une bonne santé, de garder l’énergie nécessaire pour faire entendre un autre point de vue que celui qui consiste à répéter “On n’y peut rien, c’est comme ça, l’homme est ainsi fait !“ et tous ces bla bla bla défaitistes qui ont pour effet de démoraliser et démobiliser, ramolir et démolir.

Les pages qui suivent vous offrent au contraire des sujets de réflexion bien plus constructifs et de solides arguments à méditer. Vous allez sûrement en avoir l’usage puisque l’année qui commence s’annonce comme focalisée sur les débats politiques en vue de l’élection présidentielle de 2012.

Et puis nous aussi, nous innovons : nous vous proposons ceci :

Une occasion de se rencontrer :

La Grande Relève propose, le 29 janvier, au café repaire de Marly*, un débat suivi d’un dîner.

• Le débat, de 17 à 19 heures 30, aura pour sujet PARADIS TRES SPECIAUX Bernard BLAVETTE, auteur, dans notre numéro d’aôut dernier de l’article ayant ce titre, proposera de réfléchir à la question : « Qui décide des affaires du monde ? », à laquelle Alain Deneault répondait, dans un livre publié récemment, que ce sont les paradis fiscaux, ces « juridictions politiques sur mesure qui permettent de peser de manière décisive sur le cours historique des choses sans devoir répondre de quelque principe démocratique que ce soit. Des subalternes se prêteront dans les Etats de droit au cirque des campagnes électorales et au théâtre des assemblées législatives (…) afin de satisfaire le peuple de ces ombres chinoises. Qu’il ne croie pas à ces mensonges importera peu puisque ce sera tout ce à quoi il aura droit ».

• Le dîner, à partir de 20 heures, sera l’occasion de prolonger agréablement cet échange, les acteurs bénévoles de La Grande Relève et du Café Repaire de Marly fêtant à la fois deux anniversaires : le 75ème pour le mensuel et le 2ème pour le café !

Les places pour ce dîner convivial DOIVENT ETRE RESERVEES au plus tard le 20 janvier auprès de Christian, par téléphone au 01 39 73 03 24.

------

* Au café Le Fontenelle, 30 rue Fontenelle à Marly-le Roi, dans les Yvelines (code postal 78160) (si vous venez par le train, de la gare de Marly il suffit de prendre le souterrain : il débouche rue Fontenelle, pratiquement en face du 30).