Ce sont eux qui le disent

par  A. PRIME
Publication : avril 1990
Mise en ligne : 24 mars 2009

Eux, ce sont les socialistes. Depuis quelques années, nous avons été amenés à critiquer de plus en plus leur politique, parce qu’elle n’a plus rien à voir avec les objectifs affichés avant leur arrivée au pouvoir en 1981.
Depuis un an ou deux, pour fustiger leur comportement au gouvernement, il suffit de reproduire leurs propres écrits. Nous avons déjà cité abondamment les protagonistes de la Nouvelle Ecole Socialiste, mais aussi d’autres responsables, moins radicaux, tel Max Gallo,etc.
Voici un extrait d’une lettre du courant "Socialisme et République" -ex CERES", du Val -deMarne :
`Au moment où l’élan des peuples abat les bureaucraties et les tyrannies à l’Est, la raison des hommes pourra-t-elle mettre un terme à l’arrogance de l’argentroi à l’Ouest ?
Pour que Blum l’emporte vraiment sur Lénine, il faut qu’au naufrage communiste nous opposions la transformation démocratique de la société, et non le statu quo actuel. Oublier l’exigence de transformation sociale, ce serait consacrer la victoire du capitalisme et non celle du socialisme démocratique.
Voilà le défi : en France et en Europe occidentale, non seulement les inégalités n’ont pas disparu mais elles se sont accrues comme en témoignent les récents rapports de CERC et de l’INSEE. Beaucoup de motions le disent. Mais qui a le courage de dire aux militants que l’accroissement des inégalités n’est pas complètement sans rapport avec la politique menée ? Lescontraintes libérales pèsent si fortement que notre politique sociale et économique désespère notre base sociale. Pourtant, un nouveau plan de rigueur est à l’étude !