Cri du cœur

par  P. ROBICHON
Mise en ligne : 31 janvier 2009

L’inquiétant, ce n’est pas la capilotade financière : c’est que la terre entière se cache la tête dans le sable pour ne pas voir le pire, c’est que si nous n’apprenons pas à vivre autrement, nous disparaîtrons en tant qu’espèce ! Trop bêtes, trop inadaptés, trop saccageurs. Les salopards qui continuent à nous droguer avec le mot croissance, comme si elle ne pouvait être que continue, sont comme des moutons qui souhaitent emmener le troupeau à l’abîme avec eux !

La finance, on s’en fout. La fonte des pôles, le CO2, la faim des Africains, l’eau qui manque, les deltas inondés, c’est quand même un peu plus sérieux.

Que de chômeurs à qui on fait croire qu’ils n’ont pas droit, comme les “actionnaires”, à un dividende !

La gauche me fait vomir : jamais elle n’a eu autant de chances de dire des choses révoltantes au sens propre du mot : qui entraîne la révolte.

À quand des casseurs de Bourses ?