Croyants et non-croyants

Publication : juillet 1982
Mise en ligne : 26 janvier 2009

Quelle polémique entre croyants et non-croyants, la lettre venue de Montendre a suscitée ! Nous ne pouvons tout publier, faute de place, car l’actualité économique doit primer.
Voici des extraits d’une longue lettre, très bien documentée, pour conclure :

« Considérant qu’à la Grande Relève convergent les plus divers aspects de la pensée contemporaine, je pense qu’il serait vain de s’étendre sur le sujet, le rôle spécifique du journal étant la diffusion, dans tous les milieux possibles, des thèses de l’économie distributive.
...Sans vouloir froisser aucune conviction ontologique, je me permettrai de signaler au camarade A.B. la confusion, involontaire sans doute, qu’il établit entre croyance religieuse et athéisme, qui sont, comme tout le monde sait, antinomiques (athéisme = qui ne reconnaît point l’existence de Dieu). Dès lors, pourquoi cet entêtement de la part de certains à vouloir absolument faire admettre que celui qui ne croit pas justement au surnaturel (Dieu) est croyant ? L’athée croit en effet, mais seulement à l’évidence des faits matériels... Par contre, le croyant croit à tout ce qui se rattache à l’idée de révélation. Ne voit-on pas la différence ...A la Grande Relève appartient le soin de préparer le terrain psychologique nécessaire à l’avènement d’un système social qui, en dehors de toute conception ontologique, sera celui où se retrouveront, unis par le le social, et non désunis par la croyance, tous les hommes qui aspirent à s’affranchir des servitudes matérielles, leur ouvrant, enfin, la possibilité de se réaliser spirituellement.
.,.Personnellement, je suis de ceux qui attendent davantage des contradictions internes inhérentes au système des échanges que des exhortations morales ou religieuses pour
sauter le pas !... »

J.M., Parmain.