Deuxième Assemblée Générale de l’association BIEN

(Basic Income European Network = Réseau Européen pour l’Allocation Universelle)
Publication : novembre 1988
Mise en ligne : 9 juin 2009

La deuxième conférence internationale de l’association, fondée en septembre 1986 à Louvain La Neuve pour l’allocation universelle, s’est tenue à Anvers du 22 au 24 septembre dernier.
Une cinquantaine de personnes inscrites, un peu moins de présentes, une vingtaine d’orateurs, mais cependant une quinzaine de pays représentés, dont une délégation relativement forte d’un pays nouveau venu : la Finlande.
Le débat ne portait plus sur la question de savoir pour quelle allocation universelle se battre, mais plutôt de chercher avec quels moyens il est possible de le financer dans le système économique actuel. Autrement dit, une gageure ! Beaucoup d’intervenants s’évertuèrent à imaginer diverses refontes des systèmes actuels de taxation, comme par exemple de faire payer aux entreprises des taxes plus lourdes sur les plus gros salaires, afin d’encourager l’embauche des travailleurs les moins payés... M-L Duboin, dans son intervention, a expliqué que les revenus ne pouvaient plus désormais, rester proportionnels au travail, qu’ils devaient devenir proportionnels aux productions. Elle a montré que la monnaie capitaliste ne peut pas effectuer ce changement, qu’elle est donc tout à fait dépassée par les événements. Elle a dénoncé les méfaits de la spéculation, rendant impossible toute politique économique et montré que pour rendre à l’économie les moyens de remplir sa véritable mission, il fallait une monnaie distributive, la monnaie informatique étant mûre pour remplir ce rôle. En dix minutes, il était certes difficile de faire passer tant d’idées nouvelles. Espérons cependant que certains esprits en auront été ébranlés.
Il semble que c’est aux Pays-Bas que l’idée d’allocation universelle est le plus avancée dans le public, comme nous l’avait prouvé l’article de Philippe Van Paryis publié récemment dans la Grande Relève.
Lors de sa dernière séance, l’Assemblée a décidé que la prochaine conférence, dans deux ans, se donnerait pour objectif d’avoir une vision européenne de l’allocation universelle.
Comme après Louvain, nous nous proposons de traduire pour nos lecteurs, dans les numéros à venir, quelques unes des interventions qui ont été faites à Anvers.