F. CHATEL


Articles de cet auteur

par  F. CHATEL, M. BERGER
Publication : octobre 2016
Mise en ligne : 3 janvier 2017

À la lecture du précédent article sur “la mentalité occidentale”, un dialogue s’est engagé entre son auteur et Michel Berger, le voici :

Dialogue à propos de la pensée occidentale

Michel Berger et François Chatel cherchent comment parvenir à changer les mentalités alors que les “responsables” politiques, insouciants de cette nécessité, s’appliquent, bien au contraire, à l’entretenir.

par  F. CHATEL
Publication : octobre 2016
Mise en ligne : 31 décembre 2016

Un changement complet de l’organisation économique et sociale du monde s’avère nécessaire et urgent. Alors pourquoi n’est-il pas entrepris ?
François Chatel répond ici que c’est à cause de l’idéologie occidentale, cette fausse croyance, dominante et paralysante, selon laquelle une “nature” humaine nous obligerait à toujours accélérer notre course en avant sans répit, vers des dangers auxquels la raison, appuyée sur nos connaissances, pourrait peut-être encore nous permettre d’échapper.

L’ennemi public N°1 : la pensée occidentale

François Chatel s’appuie sur les nouvelles connaissances des sociétés primitives pour montrer qu’il est faux de faire croire que leur “nature” pousse irrésistiblement les êtres humains à préférer la lutte malsaine de tous contre tous à la solidarité : c’est leur culture qui façonne leur mentalité. C’est donc l’organisation sociale qu’il faut changer, de façon à favoriser, à développer une autre culture, adaptée au monde moderne, mais qui, au lieu de gratifier le “chacun pour soi” permette de retrouver l’harmonie qui a existé dans les relations humaines.

par  F. CHATEL
Publication : juin 2016
Mise en ligne : 3 octobre 2016

Par de précédents articles, François Chatel étant sans doute à l’origine de ce débat philosophique, il en tire ici cette conclusion   :

Choisissons la vie

François Chatel propose une conclusion à ces réflexions philosophiques.

par  F. CHATEL
Publication : avril 2016
Mise en ligne : 25 juin 2016

Quand on est conscient de l’importance des changements qui sont devenus nécessaires pour que l’humanité ait encore un avenir, on est convaincu qu’il ne s’agit pas de réforme, mais bien d’une véritable mutation. Or un tel changement de société s’appelle une révolution. Mais pourquoi, se demande François Chatel, une révolution est-elle systématiquement associée à des violences alors que l’histoire prouve le contraire ? C’est une révolution non-violente, intelligemment conduite en ayant un programme, un objectif clair et adapté aux réalités actuelles, qui est le plus sûr moyen de “franchir le pas” :

L’évolution de la révolution

François Chatel montre que pour survivre, ce qui s’impose à l’humanité est une véritable révolution, mais que ce mot n’est pas synonyme de violence, car les révolutions non-violentes aboutissent et conduisent à des changements qui durent quand ils ont été bien préparés.

par  F. CHATEL
Publication : février 2016
Mise en ligne : 27 avril 2016

La déclaration d’état d’urgence a été prise sous prétexte de lutter contre les attentats terroristes. François Chatel montre qu’elle s’inscrit dans “la stratégie du choc” et permet en fait de réprimer toute contestation, non terroriste, du capitalisme et de ses méfaits :

Une bien mauvaise pente

Pour François Chatel la déclaration d’État d’urgence s’inscrit dans “la stratégie du choc” : elle permet de réprimer toute contestation, même non terroriste, dont celle du capitalisme et de ses méfaits.

Brèves

22 décembre 2014 - Archives de la Grande Relève

Plus de 3000 articles de la Grande Relève sont désormais en ligne...