Faut-il suivre les bœufs ?

par  M.-L. DUBOIN
Publication : décembre 2000
Mise en ligne : 21 mars 2009

Au moment où j’écris, ce 20 Novembre, personne ne sait encore qui a été élu 43ème Président des états-Unis, il n’est même pas certain que le résultat des élections du 7 Novembre sera connu quand le journal sortira, début décembre ! La plus grande démocratie, la plus “moderne”, dit-on, est en proie à un combat d’experts, de juristes et d’avocats, entre deux batailles de lobbies et au coût de millions de dollars. D’ailleurs, si vous voulez les aider, les deux candidats de tête (si on peut dire !) font la quête pour payer leurs avocats.

Drôle de démocratie que celle où l’élection du Président passe par un système de grands électeurs… dont le seul rôle est de voter ensuite comme un seul homme ! Mais, comme le droit au port d’armes, c’est sacré parce qu’écrit dans la Constitution. Il faut pourtant savoir dans quel contexte, même si pour certains historiens1 ce système a le mérite de privilégier les petits états. Car d’autres2 rappellent comment les états esclavagistes du sud ont mis cette condition pour être surreprésentés afin d’éviter que l’ensemble fédéral remette en cause l’esclavage. Ils ont obtenu que les grands électeurs soient désignés proportionnellement au nombre des personnes libres, et qu’on ajoute à chaque maître un nombre de voix proportionnel au nombre de ses esclaves, exclus, bien sûr, du suffrage. A.Hamilton a défendu ce système dans un texte qui reste le credo des républicains américains et dans lequel s’exprime un profond scepticisme à l’égard de la démocratie directe : comme celle-ci est source de troubles et de “convulsions” il faut mettre une distance entre le peuple et ses élus, la mission éphémère des grands électeurs ne leur laissera pas le temps de “prostituer” leurs votes… N’empêche qu’un candidat, totalement inconnu avant, vient de se faire élire parce qu’il a pu mettre de sa poche les 40 millions de dollars de sa campagne électorale !

Mais que ce soit Bush ou Gore, quelle différence ? Quel que soit l’élu de cette démocratie “moderne”, républicains et démocrates sont en nombres si proches qu’une opposition empêchera de voter quoi que ce soit de bien nouveau…

Heureusement que nous n’avons pas de tels conflits en France, par exemple entre Chirac et Jospin !… C’est ce qui a permis de prendre des décisions saines et raisonnées face à la panique de la vache folle !!… Les vaches vont revenir au pré brouter en regardant passer les trains ? Non, cela demanderait trop de main d’œuvre. Alors on va cultiver les plantes nécessaires à leur apporter des protéines ? Non, parce que nous avons signé l’engagement envers les états-Unis de limiter nos productions pour acheter les leurs. Alors ils vont tenir leur propre engagement de ne pas subventionner certaines de leurs importations en Europe ? Non, parce que dans ce sens-là, c’est la loi américaine qui les y autorise.

Alors, on va tous s’entendre en un sommet mondial ? C’est l’objet de la conférence qui se tient à La Haye pour limiter l’échauffement de la planète par effet de serre. On a même trouvé la solution : les pays riches vont acheter aux pauvres des droits à polluer !

Après ça, qui pourrait encore prétendre qu’il est possible d’amender le système capitaliste ?