Impasse

par  P. BUGUET
Publication : mai 1982
Mise en ligne : 27 janvier 2009

A la suite de notre communication télévisée, Tribune Libre F.R.3 du 29 septembre 81, nombre d’auditeurs très intéressés nous écrivent, nous demandant de préciser nos propositions seulement ébauchées dans le court temps imparti : - «  Le problème de la production étant désormais résolu grâce au recours à la mécanisation, il reste à résoudre celui de la répartition pour l’acheminement à la consommation ».
Comment procéder équitablement au bénéfice de toute la population participante ?
En réponse, une première considération s’impose  : l’exercice de production, dans le système échangiste capitaliste remplit deux rôles : il crée les biens et services, et par les salaires et bénéfices qui découlent de son exercice, il dégage les revenus qui permettent la consommation.
Face à la production automatisée, l’échangisme capitaliste ne peut plus remplir son rôle de répartition des revenus sans le recours à des impôts draconiens ou à la création massive de monnaie qui, par la dévaluation qu’elle provoque, entraîne la ruine de l’avoir de chacun.
Comme nous en faisions la démonstration chiffrée dans l’éditorial de « la Grande Relève » de novembre sous le titre « Pourquoi il faut tout changer », en échangisme, une fraction de la population est désormais promue à travailler et à entretenir l’autre, réduite au chômage.
Dans le cadre de l’échangisme, la population restée en activité doit donc désormais consentir, soit une sévère amputation de ses revenus par l’impôt, soit une égale amputation de son avoir épargné, par la cavalerie monétaire, qu’est l’inflation -dévaluation galopante, manne des dépenses d’Etat affectées au soutien de l’économie moribonde. Ne nous y trompons pas, ce palliatif qui colmate en apparence, le déséquilibre entre la somme de la production et le décalage des revenus créés, ne fait que donner, à ceux qui s’accrochent à la fallacieuse et dangereuse facilité de l’échangisme-esclavagiste, que l’illusion de la constance du pouvoir d’achat.
A notre niveau de technicité l’échangisme se bloque, la distribution peut seule prendre la relève de l’échange pour fermer le cycle production-consommation.
L’expédient de la facilité de l’autruche mène à la catastrophe, il appartient à tout progressiste d’apporter sa pierre à l’édification du Socialisme Distributif de l’Abondance.