Informatique et secteur tertiaire

par  G. STEYDLÉ
Publication : janvier 1981
Mise en ligne : 14 octobre 2008

Chassés du secteur primaire (agriculture) et du secondaire (industrie) par les progrès de la science et des techniques permettant de remplacer les hommes par des machines de plus en plus perfectionnées, bon nombre de nos concitoyens, hommes et femmes, ont cru pouvoir se réfugier dans le secteur tertiaire (activités de bureau, banques, assurances, etc...) .

C’était sans compter sur l’avènement de l’informatique et de la télématique qui progressent à pas de géant et qui s’introduisent dans les secteurs les plus reculés des activités professionnelles.

A ce sujet, vous trouverez ci- dessous les constatations auxquelles se livre René Wormser dans la revue « Choisir », sous la forme d’une étude intitulée « La société informatisée et les femmes ». (Nous pensons que ces constatations s’appliquent aussi bien aux hommes qu’aux femmes).

Nous publions quelques extraits de cette étude dont le sous-titre est : « Effets et conséquences de la télématique au niveau de l’emploi » :

... Il est évident que l’informatisation des sociétés apportera un gain considérable de productivité, mais il faut compter sur une aggravation du chômage, surtout dans le secteur des services :
BANQUES : l’économie d’emploi pourrait tendre jusqu’à 30% dans les 10 années à venir.
ASSURANCES : même proportion envisagée.
SECURITE SOCIALE : mouvement moins rapide, mais poussé par la nécessité de réduire les coûts de cette administration.
POSTE : le trafic interne des administrations et entreprises s’effilochera avec le développement de la télécopie et de la téléimpression. Or ce trafic représente 60 % du courrier actuel.
ACTIVITES DE BUREAU : énorme secteur diffus dans l’ensemble de l’économie, constitué de 800 000 secrétaires parmi les 2 millions de l’ensemble des agents de bureau. L’informatisation va peser sur les effectifs. Un nouveau type de secrétaire va se dégager, dont les tâches seront davantage de surveillance que d’exécution. L’informatisation de ce secteur sera extrêmement rapide. L’isolement et la dispersion des employés au sein des entreprises ne leur permettra pas de résister à cette évolution avec des effets sur l’emploi à coup sûr massifs.
Ainsi apparaît, ait niveau de l’emploi une baisse quantitative, dont les femmes seront les premières et les plus nombreuses victimes, puisque ce sont elles qui occupent en majorité le secteur du tertiaire.

C’est l’évidence même !