L’art des requins

par  G. de BASKERVILLE
Mise en ligne : 31 octobre 2008

Notre correspondant qui signe sous le pseudonyme de G. de Baskerville continue de chercher à comprendre ce qui se passe dans le système financier, en consultant internet, sur lequel il recommande deux adresses : lerainu.free.fr et inflation.free.fr.

Le 15 septembre dernier, il nous a transmis les remarques de Bill Bonner dans la chronique londonnienne Agora.

À la suite de son texte ci-dessous sur “l’art des requins”, nous en reproduisons l’essentiel à propos de la “limite à la pluie de dollars”, parce qu’il aide bien à comprendre la situation :

Avec Fannie et Freddie, avec Lehman Brothers et Merrill Lynch en faillite et AIG, le premier assureur mondial, dans le pétrin, on est indiscutablement entré dans une nouvelle phase de la désintégration du système financier américain et mondial. Mais cela ne veut pas dire que les coupables, qui ont accumulé des milliards de gains pendant la phase de gonflement des bulles, seront les victimes de l’effondrement. Les bénéfices empochés le restent pour les plus malins et pour ceux qui sont aux premières loges des manipulations : les stratégies de chasse coordonnée entre requins ne changent pas la nature des bestioles, ils restent des requins, même entre eux, surtout quand les autres proies ont été dévorées et que commence le cannibalisme (rachat de banques entre elles). On peut être ennemis tout en ayant coopéré avec intérêt pour tondre les plus fragiles.

Les vrais gagnants seront ceux qui, au delà des crises (et souvent grâce à elles, l’histoire le prouve), seront les instigateurs des nouvelles règles du jeu monétaire qui vont être mises en place. Il n’y a pas de quoi se réjouir en voyant certains “gros” chuter, car tant que les mécanismes à l’œuvre derrière cette crise feront illusion, ce sont les mêmes qui instaureront le nouveau système, qui fera tout autant illusion, et on repartira de plus belle. Mais il faut craindre que si trop de “liquidités” sont mises en circulation pour sauver le système bancaire, ces mêmes requins soient tentés de détruire une partie des richesses matérielles à seule fin d’éviter qu’une inflation généralisée n’entraîne leur propre appauvrissement, même relatif…