Le Grand Orient manquerait-il d’ouverture ?

par  M.-L. DUBOIN
Publication : juillet 1986
Mise en ligne : 24 juin 2009

Un distributiste d’Ile-de -France avait si bien défendu nos thèses dans la Loge Maçonnique à laquelle il appartient, que le principe d’une conférence sur nos propositions y avait été retenu. Et puis, ô surprise, au dernier moment, veto !
Certains membres de cette Loge se sont opposés à cette conférence, considérant que ce serait une intrusion de la politique ! Et le Vénérable Maitre de cette Loge s’est rangé à leur point de vue.
Ce manque d’ouverture d’esprit au Grand Orient, qui comporte beaucoup de distributistes parmi ses membres, est une nouveauté. Il contraste avec l’attitude de ce même Grand Orient, qui, juste avant la guerre, avait au contraire invité Jacques Duboin à une réunion en tenue blanche et manifesté tant d’intérêt pour ses thèses, qu’il semblait sur le point d’en adopter l’essentiel... quand la guerre a éclaté.
Que signifie pour ces Francsmaçons « l’intrusion de la politique » ? Peut-on encore, à l’heure actuelle, confondre la politique « politicienne », c’est-à-dire à courte vue électoraliste, celle dont les médias nous inondent au cours des campagnes électorales et qui est devenue une «  affaire », engageant d’énormes sommes d’argent, avec le souci de réfléchir à ce que sera le monde de demain, à vouloir une société plus conviviale, plus humaine  ?
J’espère qu’il existe des Francs-maçons qui ne font pas cette confusion et que, parmi ceux-ci, des distributistes sauront remonter le niveau de pensée du Grand Orient.