Le colloque Lippmann

par  C. L.
Publication : juin 2011
Mise en ligne : 4 octobre 2011

Le cours du philosophe André Koulberg à l’université populaire d’Aix-en-Provence, le 21 février dernier, portait sur le colloque Lippmann, dont l’objectif était “la renaissance du libéralisme”. La psychanalyste Christiane Juveneton l’ayant suivi, elle a été choquée par la “folie” apparue dans ce colloque, par le délire “libéral” de vouloir créer un homme nouveau… délire qui explique si bien que notre monde soit aujourd’hui… délirant !

D’après ses notes, elle rappelle ici ce que l’histoire a retenu du colloque Lippmann, puis exprime ses propres réflexions :

N’étant pas à la fête sous le Front Populaire, époque à laquelle on pensait que le libéralisme était en plein déclin, les libéraux décidèrent de faire un colloque pour la « renaissance du Libéralisme ». Ce Colloque réunit le 26 août 1936, pour cinq jours, des penseurs, des politiques, des économistes autour de l’Américain Walter Lippmann, célèbre conseiller des gouvernements américains, journaliste, penseur, commentateur politique venu à Paris à l’occasion de la sortie de son livre La Cité Libre (qui paraîtra en anglais en 1937 sous le titre The good Society). Autour de lui, des gens comme Friedrich Hayek et son ami Ludwig von Mises représentent le courant néolibéral ; y viennent aussi Raymond Aron et Jacques Rueff (conseiller libéral de De Gaulle). L’un des organisateurs, et l’un des plus importants orateurs, en fut Louis Rougier, philosophe, membre du mouvement philosophique L’empirisme Logique et épistémologue du Cercle de Vienne ; plus tard, en se politisant, cet homme est devenu non seulement le défenseur du libéralisme mais il a eu le mauvais goût d’essayer, en le défendant, de rapprocher l’État de Vichy de l’Angleterre et il a fini quasiment dans l’Extrême-Droite.

Le colloque ne s’ouvre pas dans la sérénité mais dans le conflit, et même dans la panique : la seule chose sur laquelle ils sont d’accord c’est que le capitalisme est en déclin. Pourquoi ?

— Parce que la crise de 1929 semble prouver qu’il se passe tout le contraire de ce qui était prévu ; alors, où est cette harmonie des égoïsmes qui était annoncée ??? (Frédéric Lordon et son « florilège de prévisions nulles » montre qu’il en est exactement de même aujourd’hui …),

— Parce que, dans de nombreux pays, des forces fascistes touchent des foules immenses,

— Parce que, de l’autre côté, on avait pensé que l’URSS n’allait pas vivre, mais elle vit et prospère,

— Et puis parce qu’on a le Front Populaire en France et le New Deal aux États-Unis. Il y a donc des idées alternatives au libéralisme qui paraissent crédibles et qui touchent beucoup de gens. Mis en libre concurrence avec d’autres projets, les libéraux ne sont pas tellement populaires !

Au Colloque, constat est donc fait que le libéralisme a failli. Serge Audier [1] montre que de nombreuses tendances s’y sont exprimées. Certains étaient prêts à faire de très grandes concessions (par exemple inclure des impôts importants pour financer les services publics, instituer un droit du travail etc.). Louis Mériault et Bernard Laverne, représentants de cette tendance n’ont pas triomphé, et on n’a plus entendu parler d’eux. Mais Pierre Dardot et Christian Laval [2] estiment que, malgré les divergences, l’aspect conflictuel a été gommé, et que quelque chose y a été inventé.

Parmi les grandes idées qui ont triomphé, on trouve celle-ci : Il faut que l’État intervienne, mais ne pas toucher à l’ordre du marché. Cela nous paraît contradictoire, mais voici comment ils voyaient les choses : la spécificité de l’ancien libéralisme, c’était l’idée qu’il est fondé sur la sélection naturelle. La majorité critique cette illusion naturaliste : le marché est organisé, mais pas de façon naturelle. Il faut donc des règles, des statuts de la part de l’État, indispensable au fonctionnement du marché (droit des personnes, de la propriété…). Il faut organiser l’armature dans laquelle les échanges vont s’organiser. Vont-ils jusqu’à nous parler de pauvreté, de réparer les injustices ? Non ! Mais de l’ordre du marché, oui ! Éliminer les obstacles pour faire que le marché soit libre et non faussé ! Il faut lubrifier le marché économique, donc on critique les intérêts privés syndiqués ! L’État, ce policier du marché, ne doit pas avoir de faiblesse.

L’exemple de Hayek montre que ces libéraux étaient très méfiants par rapport à une vraie démocratie exigeante.

Autre novation, due à la peur que des gens interviennent (critères moraux, Droits de l’Homme par ex.) dans le mécanisme du marché, car celui-ci est toujours fragile, ses frontières ne sont pas sûres : une sorte d’utopie apparaît chez les libéraux, ils veulent que leur logique se retrouve dans toutes les autres sphères, que l’esprit de concurrence soit partout : quels que soient les domaines où nous nous trouvons (hôpitaux etc.), nous devons être des entrepreneurs. Car pour eux, l’homme est inadapté à la société dans laquelle il est : l’ordre social n’est pas compatible avec la division du travail, il faut agir, être efficace et on ne lui apprend pas ça à l’école... il faut donc combler l’écart en retravaillant toutes les autres sphères et établir un catalogue des incompatibilités : il faut construire un homme nouveau.

C’est à partir de ces années 30 qu’on va préciser ce schéma et adapter la notion de “Totalitarisme”. On dénommera ainsi tout ce qui n’entre pas dans la vision libérale (donc tant le fascisme que le communisme), tout ce qui fait dévier de l’ordre établi et mène au chaos et à l’enfer. Et on dira qu’en face, il y a la “Démocratie“, ainsi présentée comme l’envers du mal.

Dans la phase suivante, ceux qui critiquent la démocratie vont passer directement dans l’enfer d’en face, ceux qui critiquent l’ordre libéral vont faire tout basculer dans le Totalitarisme. Le tout ou rien se fabriquera aussi à ce moment-là. Les proches du keynésianisme vont disparaître et le néolibéralisme va triompher avec les extrémistes Hayek (dont Margaret Thatcher parlait avec enthousiasme !) et von Mises.


[1Dans Le colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme éd Le Bord de l’eau, 2008.

[2dans : La nouvelle raison du monde, essai sur la société néo libérale éd la Découverte, 2009.