Les foins sentent Pechiney

par  H. de JOYEUSE
Publication : juin 1981
Mise en ligne : 7 novembre 2008

En matière d’agriculture j’en étais au geste d’Auguste le semeur et au pas tranquille et lent des boeufs du doux pays de Thiérache. J’ai cru pénétrer dans le hall de chez Renault, en feuilletant « La France agricole », un hebdo riche de 84 pages grand format et gros moyens.
Bourré de graphiques, tarifs, cours boursiers de Chicago ou Valparaiso, de marchés, de rendement, de productivité, etc. Et de matériels, donc ! A se demander si les paysans ne meurent pas d’ennui... plus de soixante publicités illustrées, éloquentes, en faveur d’une multitude d’engins, tous plus performants les uns que les autres, pour : abreuver, alimenter, andainer, atteler, biner, broyer, charger, chauffer, creuser, débroussailler, désherber, désiler, distribuer, élaguer, épandre, évacuer, exhumer, faner, faucher, fourrager, éparpiller, ensiler, gratter, herser, hisser, inhumer, irriguer, faucher, manutentionner, nourrir, protéger, pulvériser, scier, souder, raccorder, transporter, tronçonner, nettoyer, etc.
Simultanément, avec la bineuse autoguidée, on a mis au point une race de bêlants, grâce aux premiers bêliers Romanov, importés de chez Brejnev, dont les femelles agnellent à chaque fois deux agneaux dont elles s’occupent elles-mêmes.
C’est le progrès technique en profondeur. Le paysan modèle 81 regarde son armada électrifiée et pétrolante, en mâchonnant son chevingue-gomme.
Mais il y a aussi les produits nobles. Ils s’offrent des pages de pub en quadrichromie. Il est vrai qu’ils sont absolument indispensables à messieurs les exploitants agricoles (comme se nomment présentement tous les tributaires de ces engins et produits ainsi que des décisions de Commissions bruxelloises). Goûtez-moi ça : du Bayleton, du Caltan, de l’Eradicane, du Koril, du Lasso GD, du Peltar, du Primextra, du Sabalan, du Thiovit, du Tyfon, du Zargon, du Zolone, des aflatoxines, etc.
Tous produits dont la toxicité est si faible que la publicité n’en fait pas même mention. Des kyrielles exterminatrices de bestioles et de bubons qui vous laissent l’eau à la bouche et font la joie des écolos.
Mais le plus surprenant de cette lecture, c’est que le rédacteur en chef ait trouvé un petit coin de page pour y glisser... un mot croisé. C’est un sacrifice au prix de
sa pub !