Lettre ouverte au Ministre de l’Intérieur

par  A. FOUREST
Publication : octobre 2012
Mise en ligne : 6 janvier 2013

De Cent paroles d’Aix, journal local alternatif publié par Médiapart, Christiane Duc-Juvéneton nous a transmis la lettre ouverte suivante, écrite par un citoyen indigné :

Marseille, le 27 juillet 2012.

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Ôtez-moi un doute ! Est-ce bien vous qui avez, devant les Sénateurs, tenu les propos suivants reproduits dans une interview au journal Le Figaro du 25/07/2012 ? : « Je suis très inquiet de la concentration dans une série de campements… La situation aujourd’hui à Lyon, à Aix-en-Provence, en Seine-Saint-Denis, dans une partie de l’agglomération lilloise, nous oblige à prendre des décisions de démantèlement… Je ne dis pas que ça règle le problème ».

Est-ce bien vous qui avez donné l’ordre au Préfet des Bouches-du-Rhône d’utiliser la force publique pour jeter une nouvelle fois à la rue des centaines de familles et d’enfants à Marseille, Aix-en-Provence et ailleurs ? Ils sont ici chez nous depuis parfois plus de dix ans, après avoir fui les guerres, la misère, le racisme le plus odieux et la chasse à l’homme dont ils sont l’objet dans leur pays d’origine. Ces pays, vous les connaissez, ils font, certes, partie de l’Union Européenne, mais leur politique d‘extermination assumée devrait vous rappeler quelques mauvais souvenirs. 

Que vont devenir Maria ou Olga et leurs enfants qui ont fui l’ex-Yougoslavie… et ont réussi à survivre avec l’aide des nombreux militants et bénévoles associatifs mais aussi des travailleurs sociaux, des médecins et des enseignants qui ont su leur donner un peu d’espoir et leur faire comprendre la générosité de la France et sa capacité à accueillir la “misère du monde” ? Quelle a été notre fierté lorsque la jeune Irina nous a présenté son premier diplôme attestant qu’elle maîtrisait le français à l’oral comme à l’écrit !!

Tout cela et bien d’autres choses, vos agents l’ont détruit la semaine dernière en quelques minutes à coup de bulldozers ! Nous sommes très nombreux ici et partout en France à ne plus comprendre et ne plus accepter un tel acharnement mais aussi un tel aveuglement. Nous avions cru au “changement” et nous avons milité pour qu’enfin un “ordre juste” soit la règle dans notre pays. Nous sommes-nous donc trompés, ou avons-nous été trompés ?

Plus inquiétant encore : Est-ce bien vous qui avec écrit un long et remarquable témoignage dans un ouvrage écrit en dialogue avec Edgar Morin et Patrick Singainy ou encore Eva Joly sous le titre : la FRANCE, une et multiculturelle, publié en mars 2012 (éditions Fayard) : « Merveilleux Hexagone ! Ton creuset connaît les secrets des plus improbables rencontres… Toute tentative de définir un Français ne sera jamais qu’une reconstruction partielle et partiale de notre histoire … Et puis, l’école républicaine ne m’a pas seulement transmis le goût des chansons de geste. J’y ai surtout appris la valeur concrète de notre devise. J’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui furent des éducateurs… Pour la Gauche, l’enjeu est majeur en 2012. Nous devrons convaincre les Français que les principes de notre Nation ne sont pas des abstractions creuses, mais les moteurs actifs du progrès social » ?

Depuis que vous avez écrit ce texte, nous avons, paraît-il, gagné les élections et, grâce à nous, vous êtes devenu Ministre de l’Intérieur. Le franchissement des grilles dorées de la place Beauvau et l’attrait du pouvoir vous auraient-ils fait perdre la tête ? Comment pouvez-vous supporter ce grand écart ?

Ressaisissez-vous !! Dés demain, donnez l’ordre à vos préfets et vos policiers de respecter les valeurs de la République que vous chérissez, et arrêtez le massacre de nos valeurs ! Entendez les voix de tous ceux qui croient encore dans la justice et les droits de l’homme et du citoyen, pas celles de quelques uns de vos conseillers qui parlent au nom de la France de Buonaparte, Mazarin ou Sarkozy. Ceux que nous défendons sont des citoyens d’une Europe qui reste à construire et qui, malgré ses faiblesses, doit nous servir de guide. Entendez la voix des Roms et du monde ; entendez la voix des 49 prêtres indignés qui, à Marseille, affirment que toute expulsion est intolérable… 

Alain Fourest.