Même aux États-Unis !

Publication : juillet 2017
Mise en ligne : 16 novembre 2017

Dans un article récent publié par la revue américaine Jacobin, l’écrivain Peter Frase plaide en faveur de ce qu’il appelle un « ludisme éclairé » dans lequel il n’y aurait plus, dans la logique du travail, un parti pris à courte vue contre les nouvelles technologies innovantes.

Les technologies de pointe doivent être accueillies pour tout ce qu’elles sont capables de faire. Si une machine peut faire le travail de quelqu’un mieux et moins cher, il faut l’accepter.

Le problème, ce n’est pas l’élimination d’emplois par la technologie, mais la mauvaise distribution des gains qu’elle apporte. Que faire ?

Selon Peter Frase, « obtenir le partage des fruits de l‘automatisation pour tous demande la victoire au niveau de l’État plutôt qu’au niveau de l’entreprise. Ce qui peut se faire grâce à une allocation universelle, allocation garantie à tous les citoyens, et complètement indépendante de l’emploi. Si elle est propulsée par des forces progressistes, cette allocation peut devenir une réforme non réformiste qui doit aussi accélérer l’automatisation si on fabrique des machines plus compétitives que les travailleurs les mieux placés pour refuser les bas salaires. Cela permet aussi de faciliter l’organisation du travail en agissant comme un fonds de grève et un coussin contre la menace du chômage.

Cette allocation universelle permettrait aux travailleurs de se défendre et de mettre en œuvre une économie post rareté développée ; elle pourrait rompre le faux choix entre travailleurs bien payés et machines économisant le travail, syndicats contre progrès techniques.

Il faut comprendre quelques idées importantes. Au XXIème siècle, le mouvement ouvrier aura besoin d’obtenir un revenu de base pour remporter une victoire décisive de façon non seulement à ce que les gains de la technologie ne continuent pas de tomber dans les mains de ceux qui possèdent le capital, mais aussi pour renforcer réellement le mouvement ouvrier lui-même en établissant un potentiel massif de grève générale sans équivalent dans l’histoire.

Qui plus est, en donnant la possibilité à tous les travailleurs de refuser un salaire et des conditions de travail, leur pouvoir de négociation augmentera ».