N° 1012 - juillet 2001



par  M.-L. DUBOIN
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 21 septembre 2008

En pleine utopie… !

Constatant qu’une grande entreprise licencie alors qu’elle fait des bénéfices, on réclame d’urgence une loi qui interdise pareils licenciements au mépris des employés. Découvrant l’ampleur des fonds qui échappent au fisc avec l’aide de sociétés financières, et le nombre “d’affaires” où des élus sont (...)

par  J.-P. MON
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 21 septembre 2008

Un peu de pudeur, Messieurs les Patrons !

Trop, c’est trop ! Les patrons n’arrêtent pas de geindre malgré les avantages que le gouvernement n’arrête pas de leur accorder : les charges sociales pour les salariés peu qualifiés ? on les abaisse ; les emplois jeunes ? on les finance ; la réduction de la durée du travail ? on la prend à notre charge (...)

par  J.-P. MON
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 22 septembre 2008

Au fil des jours

Avis de spécialiste À propos des entreprises citoyennes (ou, si l’on préfère, du “capitalisme compassionnel”, vanté aux États-Unis par G.W. Bush), la limite est vite atteinte puisque la raison d’être de l’entreprise est de faire du profit. Comme l’a dit Georges Soros au Sommet de Davos en février dernier : (...)

par  E. POTTIER
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 24 septembre 2008

Laissez faire, laissez passer

De tous les droits que l’homme exerce Le plus légitime au total C’est la liberté du commerce, La liberté du Capital. La loi, c’est “l’offre et la demande” Seule morale à professer Pourvu qu’on achète et qu’on vende Laissez faire, laissez passer ! Et que rien ne vous épouvante Car y (...)

par  P.-L. THÉVENARD
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 24 septembre 2008

« J’ai la haine »

Il y a quelques jours, en vacances à Frontignan, j’ai voulu passer un coup de téléphone urgent, je me suis donc précipité vers le bureau de Poste, sachant qu’à côté il y avait deux cabines. Patatras, elles n’y sont plus ! Je vais pour demander au bureau de poste si on sait où il y en a. Fermé pour cause (...)

par  J. VANDEVILLE
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 27 septembre 2008

Comment va "Le Monde", Môssieu ?

L’une de mes petites filles, qui va, comme on dit, sur ses treize ans, ne supporte pas deux choses : le théâtre de Fassbinder parce qu’il lui fait peur et le quotidien Le Monde parce qu’elle le trouve chiant. Que le lecteur me pardonne, je ne fais que reproduire son expression. Disons, pour rester (...)

par  J.-C. PICHOT
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 28 septembre 2008

Quand un ancien cadre, qui a « vu la mise en place de toutes les solutions libérales à l’intérieur même de ce qui est encore affiché hypocritement comme un Etablissement muni de missions de service public et œuvrant pour la collectivité nationale » témoigne, cela donne un livre dont Jean-Claude Pichot conseille la lecture :

Du totalitarisme au libéralisme

Quand un ancien cadre, qui a « vu la mise en place de toutes les solutions libérales à l’intérieur même de ce qui est encore affiché hypocritement comme un Etablissement muni de missions de service public et œuvrant pour la collectivité nationale » témoigne, cela donne un livre dont Jean-Claude Pichot (...)

par  C. ECKERT
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 28 septembre 2008

L’espérance de vie humaine a considérablement augmenté au XXe siècle. L’essentiel en revient à l’amélioration de l’hygiène et des conditions de vie, car la médecine n’y a que peu contribué, 10 à 15 % selon certaines études.

Ayant assisté à une conférence donnée sur les médicaments par un médecin, B. Topuz, Caroline Eckert a voulu en savoir plus. Le livre dont elle analyse ici la première partie, consacrée aux médicaments, l’a tellement édifiée qu’elle se promet d’aborder ensuite les autres (sur les produits toxiques dans l’environnement, sur l’amiante, le tabac et l’alcool).

Le fric contre la santé

L’espérance de vie humaine a considérablement augmenté au XXe siècle. L’essentiel en revient à l’amélioration de l’hygiène et des conditions de vie, car la médecine n’y a que peu contribué, 10 à 15 % selon certaines études. Ayant assisté à une conférence donnée sur les médicaments par un médecin, B. Topuz, (...)

par  R. GIRARD
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 28 septembre 2008

Nous venons d’apprendre avec beaucoup de peine qu’une nouvelle crise cardiaque a emporté le Docteur Rosan Girard, figure marquante du mouvement anticolonialiste des Antilles francophones, et qui avait honoré ces colonnes, plusieurs fois [1], de ses réflexions.

Ce révolutionnaire d’Outre-mer, comme il se définissait lui-même, après avoir fondé le Parti communiste en Guadeloupe, dont il fut longtemps député, avait rompu avec ce parti. Il était en total désaccord sur la façon dont les PC ont appliqué l’enseignement de K.Marx. Dans ses ouvrages, R.Girard montrait, en relisant Marx, que son enseignement, adapté aux données et aux possibilités d’aujourd’hui, mène à l’émancipation de l’homme dans une société postcapitaliste planétaire.

Son dernier livre, édité à compte d’auteur [2], prône et motive la rénovation révolutionnaire nécessaire des partis politiques dits communistes et socialistes. Sa conclusion, qui illustre la force et le caractère exceptionnellement humaniste et universaliste de la foi révolutionnaire de Rosan Girard, est tout à fait d’actualité et c’est le message d’espoir qu’il nous laisse en guise d’adieu :

Les chemins de l’émancipation humaine

Nous venons d’apprendre avec beaucoup de peine qu’une nouvelle crise cardiaque a emporté le Docteur Rosan Girard, figure marquante du mouvement anticolonialiste des Antilles francophones, et qui avait honoré ces colonnes, plusieurs fois, de ses réflexions. Ce révolutionnaire d’Outre-mer, comme il se (...)

par  R. POQUET
Publication : juillet 2001
Mise en ligne : 28 septembre 2008

Dans ce quatrième et dernier article, Roland Poquet s’interroge sur les possibles relations entre les partisans du courant contestataire et ceux de l’économie distributive.

Mise en perspective

Dans ce quatrième et dernier article, Roland Poquet s’interroge sur les possibles relations entre les partisans du courant contestataire et ceux de l’économie distributive. Dans la dernière partie de l’article précédent intitulé “à contre-courant” et qui faisait suite aux deux premiers “Qu’est-ce que (...)