N° 1102 - octobre 2009



par  J.-P. MON
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Au fil des jours

Jean-Pierre Mon épingle quelques déclarations d’économistes ou de politiciens, qui dénotent un total irréalisme.

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Enfin ! !

Marie-Louise Duboin encourage tous les citoyens, écœurés des pratiques du système financier, à s’associer à la campagne “je change ma banque ou je change de banque” que propose (enfin !) l’association altermondialiste Attac.

Mise en ligne : 31 octobre 2009

Parmi toutes les “réformes” que notre hyperprésident poursuit contre vents et marées, celles imposées aux enseignants sont parmi les plus lourdes de conséquences, en particulier pour les générations futures. Le témoignage édifiant de l’un de ces derniers, Bastien Cazals, vient d’être publié par les éditions indigène [*] sous le titre « je suis prof et je désobéis ». Son auteur explique qu’en entrant par vocation dans une profession à ses yeux “porteuse de valeurs”, il n’imaginait pas avoir un jour à défendre l’école contre une avalanche de réformes dévastatrices. C’est l’Appel des Résistants aux jeunes générations, signé le 8 mars 2004, entre autres par Stéphane Hessel, Lucie et Raymond Aubrac, qui lui a ouvert les yeux et donné le courage nécessaire à compromettre son propre avenir.

Cet appel, lancé pour le 60 ème anniversaire du programme du CNR de 1944, mérite en effet d’être médité par tous. En voici le texte, pour le diffuser le plus largement possible :

Appel à la résistance

Texte de l’appel qu’ont lancé de courageux résistants connus, tels Stéphane Hessel, Lucile et Raymond Aubrac, pour inciter à l’opposition face aux “réformes” dévastatrices aujourd’hui imposées au service public, dans l’enseignement par exemple.

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Cinq, quatre, trois…

Constatant lui aussi les dégâts que l’idéologie du “gagner toujours plus” entraîne jusque dans l’enseignement, Albert Jacquard apporte, dans son dernier ouvrage paru, ses propres incitations à préparer un monde plus humain.

par  G. EVRARD
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Face à la crise écologique, les puissants de ce monde cherchent des solutions seulement dans le cadre de l’économie de marché, même lorsqu’ils admettent la responsabilité de celle-ci dans les désastres annoncés. Parce qu’ils y voient un moyen de sauver le système dont ils tirent profit et aussi la perspective de nouvelles activités marchandes. Guy Evrard analyse cette approche comme un paroxysme de la fuite en avant, qui confine à l’absurde et rend plus urgent de changer les bases de notre monde. Cette première partie traite du marché du CO2.

I. La nature marchandise jusqu’à l’absurde

Guy Evrard évoque l’absurdité des marchés du gaz carbonique, et bientôt de la biodiversité, comme moyens de combattre la crise écologique.

par  J. HAMON
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Depuis avril 2002 [*], nos lecteurs ont la chance d’avoir été sensibilisés par un spécialiste du climat, ancien sous directeur de l’OMS, Jacques hamon, des menaces que l’industrialisation fait peser sur la planète (température de l’atmosphère, niveau de la mer). Faisant le point cette année, dans une conférence faite à Annemasse (texte et références sur notre site internet), il rappelait sur quelles bases scientifiques s’appuie le GIEC pour établir ses pévisions, avant de conclure ceci :

Quel monde demain ?

Jacques Hamon, face à la dérive du climat terrestre, dresse un bilan des perspectives qui sont offertes au monde de demain.

par  F. CHATEL
Mise en ligne : 31 octobre 2009

La mondialisation, telle que nous la vivons aujourd’hui, s’est faite sous l’impulsion du commerce. François Chatel plaide pour qu’une autre mondialisation, motivée par la conscience que nous sommes tous responsables de notre planète, se fasse sur la base du partage objectif de ses ressources.

La mondialisation, un atout pour l’économie distributive ?

La mondialisation, telle que nous la vivons aujourd’hui, s’est faite sous l’impulsion du commerce. François Chatel plaide pour qu’une autre mondialisation, motivée par la conscience que nous sommes tous responsables de notre planète, se fasse sur la base du partage objectif de ses ressources. La (...)

par  A.-G. AVILÉS
Mise en ligne : 31 octobre 2009

Planète en solde

Ana-Grace Avilés apporte son témoignage : les gâchis que dévoilent les soldes la révoltent.