N° 1105 - janvier 2010

Vers une guerre civile mondialisée ?



par  J.-P. MON
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Au fil des jours

Échos de la Sarkozie « Qu’un conducteur ivre perde le contrôle de son véhicule et fasse dérailler un train fait réagir notre Nicolas au quart de tour. En revanche, qu’une grève bloque la ligne A du RER durant deux semaines laisse aujourd’hui le même homme sans voix. Soyons honnêtes : il n’est pas le seul (...)

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Copenhague, un tournant ?

Le sommet de Copenhague pourrait bien être un tournant de l’Histoire… mais pas pour avoir résolu les problèmes qui lui étaient posés. Comme pour tout sommet international, la préparation de celui-ci avait été très longue, et les lobbies avaient fait leur travail. Les organisateurs savaient donc, avant (...)

par  Y. LOUVEL
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Avant le sommet de Copenhague, le spécialiste, au sein des Amis de la Terre, de la finance privée Yann LOUVEL, voulait participer à une conférence organisée par l’Association des MArchés Financiers (AMAFI) dont le programme l’intéressait particulièrement. L’accès lui en a été interdit. Dans un billet d’humeur (publié sur le net) et dont voici l’essentiel, il se demandait : Pourquoi ?

Indésirables, les Amis de la Terre !

Avant le sommet de Copenhague, le spécialiste, au sein des Amis de la Terre, de la finance privée Yann LOUVEL, voulait participer à une conférence organisée par l’Association des MArchés Financiers (AMAFI) dont le programme l’intéressait particulièrement. L’accès lui en a été interdit. Dans un billet (...)

par  G. EVRARD
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Le 15 octobre à Paris se tenait un atelier de la gauche sur le thème « Est-il déjà trop tard pour sauver le climat ? ». Outre la nécessaire appropriation par les citoyens de l’analyse politique des causes, des conséquences prévisibles et des moyens de réduire le phénomène du réchauffement climatique, il s’agissait de préciser les contenus de l’intervention de la gauche française et européenne au sommet de Copenhague.

Guy Evrard y a apporté sa contribution. Nous en reproduisons ci-dessous les principaux points, dont l’échec de la conférence a confirmé l’importance.

Changer la société pour préserver le climat

Le 15 octobre à Paris se tenait un atelier de la gauche sur le thème « Est-il déjà trop tard pour sauver le climat ? ». Outre la nécessaire appropriation par les citoyens de l’analyse politique des causes, des conséquences prévisibles et des moyens de réduire le phénomène du réchauffement climatique, il (...)

par  M. ODY
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Parmi les nombreux messages mis sur le net avant la conférence, Christian AUBIN a retenu celui de Morgan ODY parce que ses critiques sont particulièrement claires et qu’en outre elles sont complétées par des propositions, et celles-ci rejoignent les nôtres :

Contre un accord à Copenhague

Parmi les nombreux messages mis sur le net avant la conférence, Christian AUBIN a retenu celui de Morgan ODY parce que ses critiques sont particulièrement claires et qu’en outre elles sont complétées par des propositions, et celles-ci rejoignent les nôtres : J’en ai ras-le-bol d’entendre sans cesse à (...)

par  H. CHAVEZ
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Dés le début, les représentants des pays “du Sud” ont eu beaucoup de mal à avoir la parole. Le 16 décembre, apprenant qu’un mystérieux document circule, le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Hugo CHAVEZ Frías y est parvenu. Édifiant tant par sa simplicité que par sa vivacité, son discours n’a pas eu l’honneur des grands médias, alors qu’il témoigne de la pauvreté des peuples déshérités et de leur détermination à dénoncer la source de leur détresse. Voici des extraits de sa traduction officielle :

« Nous vivons une dictature impériale… »

Dés le début, les représentants des pays “du Sud” ont eu beaucoup de mal à avoir la parole. Le 16 décembre, apprenant qu’un mystérieux document circule, le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Hugo CHAVEZ Frías y est parvenu. Édifiant tant par sa simplicité que par sa vivacité, son (...)

par  F. DUBOIS
Mise en ligne : 31 janvier 2010

968 personnes arrêtées à Copenhague le 12 décembre, 300 le lendemain…

Naomi Klein, canadienne, auteure en 2000 de No Logo et en 2008 de La stratégie du choc, répondait au sujet de ces interventions policières aux questions du journaliste Frank Dubois :

Arrestations massives

968 personnes arrêtées à Copenhague le 12 décembre, 300 le lendemain… Naomi Klein, canadienne, auteure en 2000 de No Logo et en 2008 de La stratégie du choc, répondait au sujet de ces interventions policières aux questions du journaliste Frank Dubois : Frank Dubois : Que pensez-vous de la façon dont (...)

par  H. CHAVEZ
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Répressions policières à l’extérieur, autres mauvaises méthodes à l’intérieur. Alors Hugo Chavez tient un second discours pendant la séance de clôture :

Pourquoi nous partons

Répressions policières à l’extérieur, autres mauvaises méthodes à l’intérieur. Alors Hugo Chavez tient un second discours pendant la séance de clôture : Obama est venu, il a parlé et il est sorti par la petite porte. Par cette petite porte, une porte cachée par là-bas, qui s’utilise, j’imagine, pour le (...)

par  J. HAMON
Mise en ligne : 31 janvier 2010

Refusant le débat nécessaire, face aux catastrophes climatiques annoncées, les “grands” de ce monde n’ont donc pas assumé leurs responsabilités, ils ont reculé devant l’idée de devoir prendre quelque mesure contraignante. Or il y a d’autres problèmes dont ils devraient également débattre ensemble. Quand les énergies fossiles seront épuisées, de même que la plupart des gisements de métaux que nous avons pris l’habitude d’exploiter sans scrupule, comment produira-t-on et qu’en résultera-t-il pour nos modes de vie ? C’est à ces questions essentielles qu’il faut sans doute commencer à penser, surtout si cette réflexion amène à conclure qu’il est des économies à entreprendre dès aujourd’hui. Jacques HAMON a le courage d’inciter à y réfléchir dans un texte dont nous extrayons l’essentiel et qui s’appuie sur 41 références que, faute de place ici, nous publions sur notre site Internet (Ouvrir l’article...).

Comment produira-t-on dans un siècle ?

Refusant le débat nécessaire, face aux catastrophes climatiques annoncées, les “grands” de ce monde n’ont donc pas assumé leurs responsabilités, ils ont reculé devant l’idée de devoir prendre quelque mesure contraignante. Or il y a d’autres problèmes dont ils devraient également débattre ensemble. (...)