N° 1118 - mars 2011



par  J.-P. MON
Mise en ligne : 31 mars 2011

Au fil des jours

Jean-Pierre MON note partout des réductions budgétaires sur des dépenses nécessaires et les privatisations demandées aux gouvernements par le FMI pour rassurer les créanciers.

par  M.-L. DUBOIN
Mise en ligne : 31 mars 2011

 ???

Marie-Louise Duboin pose la question de savoir sur quoi vont déboucher les révolutions du monde arabe, souhaitant que ses héros ne soient pas morts pour rien.

par  J.-P. MON
Mise en ligne : 31 mars 2011

À l’heure où le gouvernement remet en cause tous les acquis sociaux, il est bon de rappeler ceci :

Un dur combat

Jean-Pierre Mon rappelle les durs combats menés pour obtenir les progrès sociaux qui sont aujourd’hui, systématiquement, rognés, voire supprimés.

par  G. PETIT
Mise en ligne : 31 mars 2011

Photo G. Petit

Nos lecteurs étaient conviés à se rencontrer le 29 janvier dernier au café repaire de Marly pour écouter Bernard Blavette nous parler des paradis fiscaux, et puis pour fêter ensemble les 75 ans de La Grande Relève.

Ce fut l’occasion de faire connaissance avec Gilles Petit[*], lecteur “de père en fils”… Merci à lui d’avoir bien voulu raconter ici sa soirée :

Nous n’irons pas aux Paradis

Gilles Petit raconte la soirée et la conférence de B.Blavette sur les paradis fiscaux organisées pour les 75 ans de La Grande Relève.

par  G. EVRARD
Mise en ligne : 31 mars 2011

La controverse trop médiatisée sur la réalité du changement climatique et ses causes principalement anthropiques, en franchissant l’enceinte de l’Académie des sciences, en France, a frôlé le ridicule. Pour Guy Evrard, outre qu’elle peut justifier l’inaction, son instrumentalisation évite surtout une autre controverse, bien plus politique, sur la responsabilité du libéralisme économique, son incapacité à remédier aux désordres qu’il génère et, pire encore, sa volonté d’ouvrir un nouveau domaine marchand. De façon plus générale, elle masque l’incurie du productivisme. Il s’agit bien d’esquiver un véritable débat démocratique sur notre système économique et social, qui jeterait les bases d’un autre avenir.

I - Changement climatique : de la controverse au débat démocratique

Pour Guy Evrard, la controverse sur la réalité du changement climatique occulte un véritable débat sur la responsabilité du libéralisme économique et du modèle productiviste.

par  F. CHATEL
Mise en ligne : 31 mars 2011

Pourquoi est-il si difficile de remettre en question le système actuel, alors que ses méfaits sont de plus en plus évidents et ses conséquences, menaçantes ? Pour François Chatel c’est à cause d’une fausse croyance sur la nature humaine, si bien ancrée dans l’imaginaire collectif qu’elle paraît indéracinable, malgré les résultats scientifiques récents. Il l’expose dans un texte qui, trop long pour être présenté ici dans sa totalité, avec 58 références et 60 notes biographiques est accessible sur notre site http://economiedistributive.free.fr (Ouvrir l’article...). En voici, résumé, l’essentiel :

Nature humaine et agressivité

François Chatel montre que s’il est si difficile de remettre en question le système actuel, c’est à cause d’une croyance, fausse mais bien enracinée, sur l’agressivité humaine.

par  J.-P. MON
Mise en ligne : 31 mars 2011

Que fait-on de notre argent ?

Telle est la question que le collectif alsacien « Pour une Économie Sociale et Solidaire » proposait de débattre, le 17 février dernier à Strasbourg. En introduction fut présenté le film de la Québecoise Carole Poliquin, « Turbulences, 24 heures dans le marché global », documentaire qui montre les (...)