N° 1136 - novembre 2012



par  J.-P. MON, M.-L. DUBOIN
Publication : novembre 2012
Mise en ligne : 4 février 2013

Au fil des jours

Jean-Pierre Mon constate que l’allocation universelle est d’actualité, au moins au niveau régional en Espagne. Pas étonnant, puisque le chômage continue de croître dans tous les pays européens. Il revient sur l’Islande où des processus démocratiques sont tentés.

Marie-Louise Duboin dénonce la brutalité avec laquelle sont expulsés les habitants de Notre-Dame-des-Landes, conteste que l’UE soit digne d’un prix Nobel de la paix et revient sur “la” Dette, ce prétexte pour nous condamner tous à une austérité stupide.

Publication : novembre 2012
Mise en ligne : 4 février 2013

Deux livres et un DVD

•Terre et liberté. À la conquête de la souveraineté alimentaire.

• Hold up sur l’alimentation. Comment les sociétés transnationales contrôlent l’alimentation du monde, font main basse sur les terres et détraquent le climat.

• LA DETTE Un film en DVD dans lequel plusieurs intervenants apportent un éclairage sur ce qui est au centre de notre société, mais dont on ne sait presque rien : l’argent.

par  C. DUC-JUVENETON
Publication : novembre 2012
Mise en ligne : 4 février 2013

Tout aussi révoltante est la brutalité avec laquelle les forces “de l’ordre” expulsent les Roms et autres nomades, alors qu’on aurait pu croire que les dernières élections avaient aussi témoigné d’un rejet du racisme. Il faut hélas constater que celui-ci ose maintenant s’afficher, comme le montre ce témoignage effrayant, envoyé par C. Duc-Juveneton de Cent paroles, journal alternatif d’Aix en Provence :

Sardinades nauséabondes

Christiane Duc-Juvéneton et ses amis témoignent du racisme qui ne se cache même plus.

par  G. EVRARD
Publication : novembre 2012
Mise en ligne : 16 février 2013

JPEG - 25.7 ko
Roy Lewis, The evolution man, Hutchinson ed., Londres, 1960. Traduit de l’anglais par Vercors et Rita Barisse, Pourquoi j’ai mangé mon père, éd. Actes sud, Babel, 1990.

L’Histoire nous enseigne qu’il n’est jamais bon de vouloir trop précéder son temps. Giordano Bruno (1548-1600) en paya le prix fort, Galilée (1564-1642) se laissa convaincre d’abjurer pour ne pas finir aussi sur le bucher et combien furent persécutés ou du moins tourmentés ?

Il y aurait même eu un pithécanthrope dévoré par les siens, après cuisson, pour avoir voulu trop vite s’hominiser ! C’est cette fiction, publiée par Roy Lewis en 1960, que Guy Evrard commente ici :

Un humaniste chez les pithécanthropes

Guy Evrard nous fait partager quelques ressorts d’une fiction où l’auteur parvient à imaginer, avec humour, les travers de nos sociétés occidentales actuelles dès les premiers temps de l’hominisation.

par  F. CHATEL
Publication : novembre 2012
Mise en ligne : 16 février 2013

Si, la suppression de l’État est envisagée dans la réflexion qui suit, ce n’est pas, et son auteur le précise bien, dans l’idéologie libérale qui prône la privatisation de tous les services publics. Loin de penser “chacun pour soi, car moi je n’ai besoin de personne”, François Chatel partage au contraire notre conviction que la solidarité et la coopération sont la base de toute société, où un individu n’est rien sans les autres. Mais il s’inquiète, en constatant que les gouvernements mènent leur politique de plus en plus loin des peuples. Comment en est-on arrivé là ? Peut-on encore dire que nous sommes en démocratie ? C’est cette évolution qu’il analyse, ouvrant ainsi un débat dont on peut penser qu’il se poursuivra au delà de ce premier article.

L’État est-il indispensable ?

François Chatel, observant que les gouvernements des États dits démocratiques sont de plus en plus loin de leurs électeurs, cherche comment réinventer la démocratie.