Nous, le peuple de la famille mondiale...

Publication : septembre 1982
Mise en ligne : 26 janvier 2009

Proposition d’un manifeste de paix pour la conférence des Nations-Unies pour le désarmement.

- constatons une fois de plus que les événements des Malouines confirment leurs vues et que l’armée, soi-disant «  sauvegarde de la paix », est en réalité facteur de guerre ;

- constatons que les régimes en présence, relevant du libéralisme ou de la dictature, se rejoignent dans l’emploi de la force, c’est-à-dire du totalitarisme et de la violence ;

- constatons que le prétexte de cette guerre, un archipel désertique, dissimule mal ses véritables buts : sur le plan économique l’écoulement du matériel militaire et l’appropriation des matières premières, sur le plan gouvernemental le renforcement de la centralisation liberticide ;

- constatons que le conflit renforce ici et là deux régimes impopulaires à leurs peuples respectifs, en substituant aux justes aspirations des citoyens de Grande-Bretagne et d’Argentine, des notions grégaires de chauvinisme ranimées par les événements  ;

- constatons que cet engagement est une occasion pour les pays .non belligérants, d’accroître la criminelle industrie guerrière  ;

- constatons que, de part et d’autre, en dépit des idéologies affichées, se nouent, une fois de plus, des alliances contre nature ;

- constatons qu’un prétexte aussi futile que la revendication de quelques îlots glacés, peut dégénérer en une guerre mondiale, pour le plus grand profit des marchands de mort  ;

- constatons que lorsque tous les pays des nations unies auront choisi le désarmement unilatéral et auront dissous leurs armées, il y aura lieu de parler d’un monde juste et fraternel, au service de la famille mondiale ;

- constatons que la majorité des peuples espèrent le renversement de l’économie monétaire actuelle qui sert seulement l’égoïsme capitaliste, pilier fondamental de l’industrie inhumaine de la mort ;

- espérons l’établissement d’une autogestion distributive mondiale où le troc inter-nations remplacera le dollar actuel de base d’échange, et que la nouvelle monnaie, sans valeur thésaurisable, ne servira qu’à satisfaire les besoins naturels de la population  ;

- espérons que le travail sera transformé à l’avenir, en service social auquel chaque citoyen participe selon ses qualités et moyens ;

- espérons que les dirigeants des peuples seront dorénavant des conseillers élus démocratiquement par le peuple, pour le service de la population et non pour leurs seuls profits ;

- Face à ce péril qui menace notre famille mondiale, nous invitons tous les citoyens bienpensants à ne plus se laisser tromper par les déclarations des politiciens et lobbys industriels, candidats au suicide, qui nous conduisent à l’auto-destruction  ;

- pensons que les religions du monde, si elles ont pour but le déploiement spirituel de l’homme, le considèrent comme unique et comme porteur d’un esprit intérieur, le protégeant dans sa dignité d’homme ou de femme, sans regard à sa croyance ou non-croyance, sa race ou sa couleur ;

- estimons que les gouvernements respectifs doivent donc accepter en esprit et en fait, la Charte des Droits de l’Homme ;

- demandons que chaque pays change son système pénitentiaire par une rééducation psychiatrique humaine pour ses citoyens temporellement pourvus de déviations d’esprit ou criminel ;

- remercions les deux super-nations nucléaires, qui par leur course aux armements insensée ont fait ouvrir les yeux de l’humanité  : elle n’a d’autre alternative que la paix ou l’auto-destruction finale.  »

« L’UTOPIE, C’EST CROIRE QUE L’ON PEUT GAGNER SA VIE EN DETRUISANT LE MONDE ! »

L. et P. G. (Belgique)