« Obligations administratives »... ou bureaucratie exagérée ?

par  M. CHEFDHOMME
Publication : décembre 1978
Mise en ligne : 9 septembre 2008

Soucieux de savoir à quoi est utilisé l’argent que nous demandent les services publics, Marcel Chefdhomme a obtenu une réponse qui montre la multiplication des complications gestionnaires que l’économie distributive rendraient inutiles.
... La Compagnie d’Electricité et de Gaz, la Compagnie des Eaux vous envoient des factures sur lesquelles on vous indique que vous avez consommé X quantité (vous pouvez le vérifier en regardant votre compteur) et qu’à X francs l’unité, vous aurez à payer telle somme. Bravo !
Mais attention, ce n’est pas tout aussi simple que cela.
On vous indique bien d’autres choses, et vous ne trouverez pas une personne sur mille capable de vérifier sa facture.
Qui connaît le prix unitaire ?
Qui connaît les abonnements hors taxe ?
Qui connaît le montant de la TVA ?
Qui connaît la taxe locale (qui varie avec chaque commune).
Quel contrôle le consommateur a-t-il sur le prix unitaire ?
Combien de personnes peuvent perdre leur temps à faire ces vérifications  ?
Toutes ces indications, pour quoi faire ?
J’ai voulu le savoir.

Voilà, ci-après, la réponse que j’ai reçue :

Monsieur,
Nous avons bien reçu votre lettre du ... Certes, la simplification que vous nous proposez allègerait considérablement nos services et le temps passé par nos abonnés à lire nos factures.
Malheureusement, nous devons être en règle avec toutes les obligations administratives, ce qui nous oblige à préciser la nature de chaque service, taxe ou redevance que nous devons ajouter à notre prix d’exploitation. De plus, chacun de ces éléments obéit à une fiscalité souvent différente.
Nous étudions actuellement une nouvelle présentation qui permettra une lecture plus aisée mais qui, hélas, contiendra encore un détail long et parfois fastidieux.
Veuillez agréer...