Oui, c’est le moment, alors allons-y

par  A. PRIME
Publication : avril 1985
Mise en ligne : 6 mars 2009

Dans son éditorial de La Grande Relève de mars, M.-L. Duboin s’adressait aux lecteurs pour leur dire que le moment était venu de passer à l’action, que de nombreux distributistes le souhaitaient vivement. Pour ce faire, elle invitait les lecteurs de La Grande Relève qui envisageaient d’agir dans leur ville ou leur région à se faire connaître ; d’autre part, elle signalait que j’étais prêt à organiser une Assemblée Générale en mai ou juin, ce qui est, bien entendu, mon voeu le plus cher ; mais pour cela, il faut que nous soyons le plus nombreux possible.
La préparation d’un numéro de La Grande Relève s’effectuant un mois avant sa parution, c’est dire que nous ne pouvions avoir, début mars, de réponses à l’appel de M.-L. Duboin. Lorsque vous lirez cet article, vous aurez, nous l’espérons, répondu nombreux à cet appel.

C’est le moment de passer à l’action : tout le monde est bien d’accord sur ce point. Pourquoi ? Essentiellement parce que les déçus du socialisme sont innombrables.

Dans La Grande Relève de décembre 1984, dans un article signé François Mauroche : « Qui a démissionné ? », vous pouviez lire :

« Les électeurs de gauche désavouent le gouvernement, non pas, comme on tente de nous le faire croire, parce qu’il est allé trop loin, mais bien parce qu’il n’a pas tenu les promesses de 1981 : le changement. (...) Il faudra transformer les partis de gauche, réfléchir profondément sur la période 1981-1986. De nouvelles voix devront se faire entendre à gauche et les idées - élémentaires pourtant pour que change la face du monde - des distributistes devront s’affirmer avec force. Il faut que chacun se mobilise, réfléchisse aux moyens d’action, pour maintenant et demain.
Demain ? Nous pouvons être nombreux - nous et les « vrais  » déçus du socialisme, pas ceux de Giscard - pour proposer les seules solutions qui s’imposent. (...)
Il faudra bien que le socialisme - le vrai - dans 5 ans, dans 10 ans, opère une « sortie à gauche » de la crise. Il faut la préparer dès maintenant. »
Et Jean Malrieu, dans La Grande Relève de janvier, écrivait :
« Rendons hommage aux fossoyeurs. Objectivement, sur la longue durée historique ils jouent un rôle positif. En déconsidérant et en enterrant l’idéologie et les organisations gestionnaires, ils auront contribué à déblayer le terrain et à préparer la renaissance de la gauche. Ils auront enterré les illusions et les fausses solutions qui égarent et stérilisent depuis plus d’un siècle les forces de changement. Ils auront aidé les hommes à prendre conscience des véritables dimensions et des véritables données de leurs problèmes.  »

Donc, c’est bien le moment, pour nous, distributistes de tous bords, de nous rassembler pour agir. Si, comme il est à prévoir, la Gauche perd les législatives de 1986, nous aurons une « mine » inépuisable pour recruter parmi les déçus de la gauche, qu’ils soient socialistes ou communistes. Si nous sommes prêts...
Vous voulez saisir la chance historique qui s’offre à l’économie distributive

Ecrivez-nous sans plus tarder.