Par la force !

par  C. AUBIN
Mise en ligne : 31 mai 2010

Christian Aubin rentre d’un voyage au Mexique. Dans ce pays aussi, les services publics sont privatisés. Mais là, pas de discours, pas de débat ni même semblant de débat :

Au soir du samedi 10 octobre 2009, des milliers de soldats et policiers fédéraux envahissent subrepticement une cinquantaine d’installations de la compagnie nationale d’électricité, Luz y Fuerza del Centro (LFC) qui approvisionne plus de six millions de personnes dans le district fédéral de Mexico.

Les militaires forcent les travailleurs présents à quitter les lieux et attendent que le président mexicain Felipe Calderon émette un décret liquidant purement et simplement l’entreprise publique et son syndicat, le Syndicat mexicain des électriciens (SME).

Du jour au lendemain, 44.000 travailleurs et leurs familles, de même que 22.000 retraités se retrouvent à la rue alors que disparaît l’un des syndicats indépendants les plus forts et combatifs du pays [1].

Pour préparer cette forfaiture, le pouvoir a organisé de longue date “le sabotage avant privatisation” que constitue l’organisation délibérée de la dégradation du service public d’électricité de LFC qu’il a cessé de capitaliser depuis les grèves des années 1980 et empêché de produire de l’électricité, préférant qu’elle l’achète, à un prix très élevé, à des entreprises privées liées au gouvernement, pour ensuite la distribuer presque gratuitement aux multinationales et autres grandes entreprises.

Le président du SME, Martin Esparza, explique que l’un des grands enjeux de ce vol public est le réseau de 1.000 kilomètres de câbles à fibres optiques que la compagnie se préparait à exploiter pour offrir aux consommateurs un service combiné électricité-téléphone-câble qui menaçait les intérêts lucratifs du secteur privé dans ce domaine. Deux anciens secrétaires à l’énergie du gouvernement mexicain, Fernando Canales Clarion et Ernesto Martens, ont en effet formé une entreprise privée qui utilise déjà le réseau de fibre optique de LFC « à prix d’amis » !

L’entreprise liquidée est maintenant fusionnée avec la Commission fédérale de l’électricité, l’autre compagnie nationale qui fournit des services au reste du pays. Les syndicats soupçonnent que la nouvelle entité, ainsi consolidée et surtout débarrassée de son syndicat, sera bientôt privatisée à son tour.

photo Romain Thieriot : http://www.flickr.com/photos/m1ro_bonpiedbonoeil/


Jueves 15 de octubre de 2009. De 150 mil a mas de 300 mil personas fueron en las calles de la ciudad de México durante una marcha organizada para el Sindicato Mexicano de Electricistas (SME) contra la liquidación de Luz y Fuerza del Centro.

Traduction : Jeudi 15 octobre 2009. Entre 150.000 et 300.000 personnes ont défilé dans les rues de Mexico au cours d’une marche organisée par le syndicat mexicain des électriciens (SME) contre la liquidation de la compagnie nationale d’électricité Lumière et Énergie du Centre.