Parachute doré pour spéculateur

par  F. DELL’EVA
Mise en ligne : 31 octobre 2008

Que les futurs chômeurs de Renault se consolent, il y a moyen de toucher de grosses allocations si l’on est malin et complètement dénué de scrupules. Il suffit d’être, ou plutôt d’avoir été, un de ces traders français exerçant à Londres.

Vous savez, ceux qui nous expliquaient, il y a peu de temps, que le régime de charges à la française était insupportable et qu’il était beaucoup plus judicieux de s’exporter en Angleterre pour gagner beaucoup plus et surtout payer beaucoup moins de cotisations. Aujourd’hui le vent à tourné et nombre d’entre eux ont été, crise financière oblige, promptement remerciés. Alors ces bons citoyens, utilisent une petite ficelle qui leur permet de toucher des allocations substantielles : il leur suffit de retravailler une journée en France pour que les Assedic leur versent 57 % du dernier salaire gagné outre-Manche. Ainsi, un petit job d’une journée chez Casto, ou dans une agence d’intérim, leur permet d’empocher, grâce au montant de leur ancien salaire de trader, le plafond des Assedic, soit 6.366 euros par mois pendant vingt-trois mois !

Il y a vraiment urgence à construire l’Europe sociale !

(source : Le Point, 18/9/2008)