Réussir ou disparaître

Publication : novembre 1981
Mise en ligne : 18 novembre 2008

« Le Groupe de Salariés pour l’E.D. inter-syndicalistes professionnels » de Marseille, sous la signature de Gérard LAFFORGUE, adresse une « Lettre ouverte » à F. MITTERRAND dont nous donnons ci-après de larges extraits :

« Dans l’ombre, pendant ces tristes années, des Français se sont réunis et ont travaillé. Ils ont réfléchi sur le rôle des dominants, de la hiérarchie sclérosante et étouffante et ont lutté dans des comités voulant abolir les pouvoirs qui servent à la répression et qui empêchent la recherche à la base, l’innovation et l’imagination féconde. Ils ont réfléchi sur l’ECONOMIE DE MARCHE qui ne laisse que deux voies : le capitalisme anti-égalitaire orienté vers le profit au détriment du plus grand nombre ou un pseudo-socialisme qui s’essouffle à vouloir gagner la gageure, s’il ne dissocie pas le revenu du travail, de faire du social sans moyens, à moins que ce ne soit dans la violence et la répression. LES THEORIES DE JACQUES DUBOIN ET DE L’ECONOMIE DISTRIBUTIVE, qui ont prévu et décrit depuis cinquante ans la crise générale du capitalisme moderne dont nous mesurons aujourd’hui les méfaits grandissants : montée incessante et parallèle du chômage et de l’inflation, conséquences inéluctables du développement de la science et des techniques, sont connues de la plupart de ceux qui sont aujourd’hui au pouvoir, mais ont été occultées jusqu’à maintenant. Elles pourraient cependant ouvrir un champ nouveau et intéressant d’investigations. Ils ont aussi réfléchi sur le rôle de l’armée. Si l’on avait écouté Jaurès et les socialistes de 1914, on aurait probablement fait l’économie de deux guerres car une solution négociée avec les socialistes allemands aurait évité la guerre de 1914 et, sur fond de revanche du traité de Versailles et de crise économique qui amène la guerre comme la nuée amène l’orage, la montée du fascisme et du nazisme. Ils ont travaillé sur le nucléaire mal dominé et dangereux dans ses suites, sur la nécessité d’un progrès qui serve l’humanité au lieu de lui nuire.
Ils ont enfin travaillé sur le rôle à donner aux femmes, sur l’école et sur l’information.
Monsieur le Président, nous ne demandons qu’à participer à un véritable renouveau. Si nous ne sortons pas des sentiers battus, nous serons amenés à disparaître alors que nous recherchons un vrai changement de société. Alors, le 10 mai 1981 sera enfin ce « magnifique rêve » et le « rendez-vous de l’histoire ».

G.S.E.D.
11, rue St-Vincent de Paul
13004 MARSEILLE