Revenu de base en Irlande

par  C. DE VLEMINEK
Publication : juin 1987
Mise en ligne : 20 juillet 2009

Résumé et mise à jour d’un exposé de Rosheen Callendor

L’IDEE du revenu de base est très actuelle en Irlande évoquée par la droite, par la gauche et par les Verts.
Le Fine Gael Party (de droite) y voit un moyen de simplifier et d’améliorer le système de sécurité sociale. La section des jeunes de ce parti a fait des propositions concrètes mais sans aborder le problème d’une réforme fondamentale de l’impôt.
Les Verts défendent l’idée d’un dividende social mais n’avancent aucune proposition concrète.
Le ITGWU (le plus important syndicat du pays) a proposé à la Commission de Taxation (1982) et à la Commission de Sécurité Sociale (1984) un revenu minimum garanti lié au salaire masculin moyen.
Le Parti des Travailleurs pense que le revenu de base ne pourra être Introduit sans un développement économique massif.
La situation en Irlande est la suivante :
- 30 % seulement de la population est au travail
- 25 % de la population paie 90 % des contributions.

Dans les années 70 des travailleurs ont protesté massivement contre la répartition inéquitable des charges fiscales. C’est pourquoi on créa une Commission de Taxation en 1982. Son effet a été surtout de désamorcer les protestations. L’idée du revenu de base a été abordée, de façon superficielle, et rejetée comme étant trop onéreuse.
D’autre part, les employeurs et les conservateurs ont attaqué fraudes et abus dans le domaine de la Sécurité Sociale. Le gouvernement a donc créé une Commission de Sécurité Sociale en 1984.
Cette commission a, elle aussi, rejeté l’idée du revenu de base, sous le prétexte qu’il impose des dépenses injustifiées sans améliorer de façon significative le niveau d’assistance aux plus démunis.
Elle préconise en définitive l’amélioration du système existant.
La position de l’auteur est celle des socialistes et du Trade Union le revenu de base n’est possible que dans un système économique planifié, dérivant de l’intervention et de l’initiative de l’Etat. C’est lui qui peut mettre en place un mécanisme de redistribution du travail (payé ou non) et du revenu (fruit d’un travail ou non).
A l’heure actuelle, en Irlande, en cette période difficile, seuls les socialistes continueront à défendre l’idée du revenu de base, mais seulement dans un environnement économique et politique différent. Entre-temps, ils plaident pour la rationalisation du système existant et notamment un revenu minimum de 50 à 60 livres par semaine pour les allocataires sociaux. Mais il ne s’agit pas là d’une réforme fondamentale où seraient traités en parallèle le problème de la Sécurité Sociale et celui de la taxation.