Un Almanach utile

par  M. DUBOIS
Publication : mai 1985
Mise en ligne : 9 mars 2009

Voici plus de trente ans que, bien avant les «  modes » écologistes, nous tirons les sonnettes d’alarme en matière de protection de la Nature et de sauvegarde de l’environnement.
Dès le début des années 1950, alors que les pénuries nées de la deuxième guerre mondiale commençaient à peine à être comblées, nous avertissions nos lecteurs que le progrès des techniques condamnait l’économie de marché, soit à disparaître, soit à pratiquer pendant quelques décennies une folle fuite en avant dont notre environnement et la qualité de la vie seraient les premières et principales victimes.
Prédictions hélas aujourd’hui réalisées, à un degré tel que dans le monde entier une gigantesque prise de conscience a déferlé. Malheureusement, comme nous l’avions également prévu, les plus louables efforts sont venus le plus souvent heurter le mur des intérêts financiers à court terme et la planète est aujourd’hui irrémédiablement défigurée.
Sait-on par exemple que :
- plus de 99 % des espèces animales de mammifères exterminées par l’homme ont disparu depuis l’année 1900 ;
- quarante-deux espèces et quarante-quatre sous-espèces d’oiseaux ont été victimes de la « civilisation  » ;
- 87 000 km2 de forêts disparaissent chaque année. D’ici à l’an 2000 un sixième des forêts qui recouvrent la Terre auront été rasées ;
- 200 000 à 300 000 hectares de terres agricoles doivent être abandonnées chaque année.

Tout cela c’est le constat d’un désastre. Nous l’empruntons à un livre paru en 1981 aux Editions Robert Laffont, et intitulé « Almanach COUSTEAU de l’environnement ».
Cet ouvrage se veut être un « inventaire de la vie sur notre planète d’eau ».
Pour tout homme désireux de participer activement à la protection de la Nature, il devrait constituer un véritable livre de chevet.
Rédigé par Jacques-Yves COUSTEAU entouré d’une pléïade de collaborateurs de premier plan et de toute l’équipe de la fondation COUSTEAU, il est en fait beaucoup plus qu’un inventaire.
Car au fil des pages (il y en a environ 600), nous trouvons non seulement une mine inépuisable de chiffres irréfutables, mais surtout d’innombrables exemples concrets des vrais motifs du désastre écologique aujourd’hui accompli, et des catastrophes à venir.
Gaspillage des ressources fossiles non renouvelables, gaspillages énergétiques, paralysie des études sur les énergies douces, désertifications, famines du TiersMonde, pluies acides, mers transformées en égouts et poubelles, extinction des espèces, marées noires, drogues, épuisement des réserves de pêche, non- récupération des déchets, urbanisations démentielles, excès du nucléaire civil, pirateries modernes, pesticides, nourriture empoisonnée, prolifération des toxiques chimiques, gaspillage de l’eau douce, développement des cancers, bidonvilles, maladies professionnelles, dégradations dues au tourisme, etc... etc... : autant de sujets ayant un dénominateur commun clairement mis en évidence dans chaque cas par les chercheurs - et les savants du monde entier.
Ce coupable numéro un de tant de tragédies humaines et planétaires, c’est le profit à court terme, c’est la structure même des économies de marché en opposition irréductible avec les vrais BESOINS. A cet égard, hélas, les systèmes politiques s’avèrent aussi impuissants les uns que les autres. Les communistes soviétiques disputent la palme aux capitalistes japonais en matière de violations délibérées des règles internationales de chasse à la baleine et de pêches industrielles. La pollution du lac Baïkal concurrence celle de la Méditerranée et les « accidents » nucléaires ont été aussi graves, et peut-être même plus nombreux, en Union Soviétique qu’aux Etats-Unis.

Des solutions pour l’avenir ?
L’Almanach COUSTEAU en énumère quelques-unes, mais sans grande conviction dans l’état actuel des mentalités.
Législations plus contraignantes ? certes, mais il faudrait d’abord réussir à faire respecter les lois actuelles.
Déclarations des droits des générations futures  ? Bravo, mais quand on voit de quelle manière est mise en pratique celle des droits de l’homme...
Transformation profonde des motivations humaines par l’éducation et l’instruction ? Bien sûr, mais comment y réussir dans le cadre pourrissant des économies du profit forcené ?
Application des méthodes d’agriculture biologique et, dans le Tiers-Monde, des techniques préconisées par notre ami René DUMONT, souvent cité ? Toutes les puissances d’argent s’y sont opposées.
Pour tous nos amis, la conclusion s’impose. Mais il faut convaincre. Pour convaincre, il faut agir. Et, pour agir, l’Almanach COUSTEAU peut constituer un outil de premier ordre au service de notre incessant plaidoyer pour l’économie des Besoins.