Un siècle de “Civilisation”

Publication : novembre 2011
Mise en ligne : 6 mars 2012

Le colonel Kadhafi vient d’être exécuté sans jugement. Saura-t-on jamais la vérité à son propos ? Quelle politique cachait-il sous ses déguisements grotesques ? Peut-on se fier à ce qu’en diffusaient les porte-paroles de ceux qui le combattaient et qui vont maitenant pouvoir exploiter le pétrole lybien ? Pour quelles raisons a-t-il eu si longtemps tant de défenseurs acharnés ? Mystères…

Mais à propos de la Lybie, Christian Aubin rappelle un fait oublié :

Sur un pays qui ne s’appelait pas encore la Libye, un avion italien largua une bombe : c’était le premier bombardement aérien dans l’histoire de l’humanité. En septembre 1911, l’Italie avait fait, en bonne dernière, son entrée dans la course impérialiste. L’Afrique ayant été depuis longtemps partagée entre les grandes puissances européennes, il ne lui restait plus que la Tripolitaine, débris lointain de l’empire ottoman.

La flotte italienne arriva en vue de Tripoli le 25 septembre et les canons du cuirassé Vittorio Emanuelle écrasèrent ce qui n’était qu’une oasis dans le désert. Les troupes débarquées à Tobrouk s’emparèrent facilement du littoral, mais la résistance, animée par des officiers turcs, parmi lesquels Mustafa Kemal, le futur Atatürk, s’organisa autour de Benghazi.

Le corps expéditionnaire italien, grossi jusqu’à compter près de 100.000 hommes, avait du mal à s’imposer face aux Arabes et aux Bédouins, et c’est alors que l’idée germa d’envoyer des avions larguer des bombes sur les combattants et la population civile. Ainsi, la Tripolitaine s’ouvrait enfin à la civilisation, dont elle n’est du reste pas sortie.

(Extrait du mensuel Regards n°72, Juillet-Août 2011, Anniversaires infâmes, par Eric Hazan)