Une autre société

par  R. MENTA
Publication : mai 1982
Mise en ligne : 27 janvier 2009

Lorsque les socialistes prirent le pouvoir, la crise datant de 1974, maintenait sa vitesse de croisière et, jusqu’à présent, rien ne permet de penser que le nouveau gouvernement parviendra à redresser la situation.
Il ne réussira dans son entreprise qu’en sortant du système, c’est-à-dire en se tournant définitivement vers un autre type de société et non pas en apportant quelques réformes à l’intérieur d’une économie capitaliste.
En rien responsables du déficit de la Sécurité sociale les travailleurs devront payer. Dans le même temps le chef de l’Etat exonère les oeuvres d’art de l’impôt, se privant ainsi des moyens de renflouer les caisses de chômage.
Pour combattre le mal dont souffre notre économie de profits et de privilèges il n’existe qu’un seul remède : distribuer le revenu national de manière différente.
L’idée de la réduction du temps de travail, avec pour effet la diminution des bénéfices des patrons, doit entrer dans une phase active. La réduction d’une heure de la semaine de travail n’apportera rien de positif sur le plan de l’emploi car les patrons réorganiseront leurs services et remplaceront les hommes par des machines.
Il faut obtenir, dans les plus brefs délais, la semaine de 35 heures ou de 30 heures, vouloir un mode de vie différent et apporter ainsi la réponse à la nécessité de transformation d’une société afin que disparaisse l’injustice.
Tout autre projet ne conduira qu’à l’échec. Mais, pour aller vers ce type de société, une révolution doit s’effectuer au niveau des mentalités. Ceci est une autre histoire.