Une vue courte

par  R. CARPENTIER
Publication : juin 1985
Mise en ligne : 11 mars 2009

Bien des gens se comportent comme s’ils avaient des oeillères. Ils critiquent à sens unique en disant qu’en France, le gouvernement de gauche nous a mis dans la « merde » avec nos trois millions de chômeurs. Je réponds qu’ils ont la vue courte, car l’Angleterre bat ce record de chômage, avec bientôt cinq millions de chômeurs... et un gouvernement de Droite !
C’est bien là une vision étroite, car si un gouvernement de gauche et un gouvernement de droite arrivent au même résultat et ne peuvent pas plus l’un que l’autre créer des emplois, malgré toutes leurs promesses, c’est bien que la crise économique, dans les pays industrialisés, n’est pas le fait de la couleur du gouvernement, mais vient de ce que tous quels qu’ils soient gèrent pareillement l’économie marchande, avec les mêmes critères de rentabilité et de profit financier... et tous sont donc également impuissants devant la crise économique ! Cette crise est la conséquence du fait que la production est parvenue au stade de la robotisation : elle crée des produits en abondance mais, évinçant une main-d’oeuvre qui ne perçoit plus de salaire, elle ne distribue plus les revenus pour acheter ces produits. Et c’est ainsi qu’une partie de plus en plus grande de la production devient INVENDABLE et que la machine économique s’enraie.
Si les consommateurs plongent de plus en plus dans l’insolvabilité, voire dans la misère, en pleine période d’abondance, faute d’emplois, ce n’est ni un Mitterrand ou un Marchais, ni un Barre ou un Chirac, ni un Le Pen, qui leur en donneront, ni qui rétablierons le circuit production-distribution-consommation !
Il faut changer les structures de l’économie. Il faut abandonner l’économie de marché, en se décidant à admettre qu’aujourd’hui le temps de travail ne peut plus servir à mesurer le pouvoir d’achat.