Au fil des jours

par  J.-P. MON
Publication : février 1982
Mise en ligne : 22 décembre 2008

A part l’ex-premier économiste de France qui persiste et signe
dans ses déclarations, de plus en plus de gens s’aperçoivent
que la théorie économique a besoin d’être sérieusement
révisée : c’est qu’en effet la crise mondiale ne cesse
de s’amplifier. On comptait 18 millions de sans-emploi à l’automne
1981 dans les sept pays les plus développés contre 15,5
et 13 aux époques comparables de 1980 et 1979. L’échec
des théories monétaristes et assimilées est patent.
Il n’y a plus de « miracle Allemand » (on va dans ce pays
dépasser les deux millions de chômeurs) ni de « modèle
suédois ». Le plan de Regan a débouché sur
la récession. Le déficit du commerce extérieur
des Etats-Unis pour 1981 est de l’ordre de 42 milliards de dollars.
Fin décembre, le chômage frappait 9 millions et demi d’Américains,
soit pratiquement 9 °/U de la population active (17,4 % dans la
population noire, 21,7 % chez les jeunes !). La situation des chômeurs
est d’autant plus dramatique que Reagan a pratiqué des coupes
sombres dans les dépenses sociales. Tout cela fait quand même
l’affaire, pour le moment, du patronat américain qui arrive à
faire accepter à ses salariés des diminutions de salaire
(10 % à la Western Airlines). Les revenus des agriculteurs sont
eux aussi en baisse : selon les statistiques officielles, les prix agricoles
à la production ont baissé de 13 % en un an alors que
les coûts d’exploitation ont augmenté de 4,2 %, si bien
que l’endettement des fermiers américains s’est accru de 30 %
au cours des deux dernières années et atteint 180 milliards
de dollars.
Tout ça, c’est la faute à l’Europe ! Le département
de l’agriculture vient de publier un rapport dans lequel on peut lire
 : « une réforme de la politique agricole européenne
visant à modérer la production et à stimuler la
consommation intérieure serait la solution la plus favorable
car elle diminuerait les désordres et l’instabilité que
l’exportation des excédents de la C.E.E. provoquent sur les marchés
mondiaux. »
Ils ne manquent pas de culot, les Américains ! Car malgré
tout ce qu’ils peuvent dire sur la Pologne et l’Afghanistan, ils continuent
tranquillement à commercer avec l’Union Soviétique pour
sauvegarder les intérêts des agriculteurs américains...

*

La « crise » n’est évidemment pas uniquement américaine,
elle est mondiale . l’appareil productif de l’ensemble des pays de l’O.C.D.E.
n’est utilisé qu’à 70 % de sa capacité. Et la crise
des pays développés se répercute sur les pays en
voie de développement. C’est qu’en effet, le Nord détient
93 de la capacité de production industrielle et contrôle
plus de 93 des échanges mondiaux ; il a le monopole des transports
maritimes et aériens internationaux ; les grandes organisations
monétaires et financières internationales qu’il contrôle
lui permettent d’orienter la politique dans le sens de ses intérêts.

*

Dans son « Plaidoyer pour un Monde Nouveau », M. Edem Kodjo,
Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité
Africaine, écrit :
« On ne peut que s’étonner de la résurgence de certaines
doctrines dont le passéisme n’a d’égal que l’inadéquation
à résoudre les problèmes de ce temps. La glorification
du marché libre, la croyance dans les vertus et l’automaticité
du libéralisme proclamées dans certaines enceintes internationales,
et non des moindres, ont de quoi surprendre.
Le marché libre, lorsqu’il existe - que dire en effet des prix
des matières premières qui sont fixés non par le
marché mais par les spéculateurs en Bourse ? - a engendré
dans le passé et continuera d’engendrer une croissance en cycles,
une évolution en dents de scie, caractérisées par
l’imprévisibilité et l’incertitude. L’imprévisibilité.
l’incertitude, ce sont à coup sûr, le marasme pour les
revenus des producteurs de matières premières, les taux
d’intérêts erratiques, les fluctuations absurdes sur le
marché des changes. L’imprévisibilité, c’est l’impossibilité
d’une planification rationnelle, c’est la réticence à
investir pour la relance et le progrès social. »

*

Toujours à propos de l’impuissance des économistes, L.
Lammers écrit dans « Energies » du 6-11-81 : « 
Les efforts infructueux des gouvernements pour enrayer la crise économique
internationale conduisent à s’interroger sur la capacité
de Ia pensée économique et en particulier de la macro-économie
à poser les problèmes et à suggérer des
solutions convenables. En ce moment, des analyses et des solutions opposées
sont admises simultanément. »
« Il faudra une longue persistance de la crise et de l’inflation
pour qu’enfin apparaisse le doute dans le cerveau des banquiers, des
gouverneurs et des ministres des Finances...

En conclusion, il faut considérer qu’aujourd’hui un moment de
l’histoire économique se renouvelle dans ses principes. Les révolutions
industrielles sont des étapes de l’Histoire. Les remous et les
perturbations proviennent de ce que les vieux principes ne sont plus
adaptés Comme pour un vêtement, il faut réajuster
le costume de l’économie à ses nouveaux usages, à
ses nouvelles dimensions, à ses nouveaux mouvements.