Faire payer les robots ?

par  J. SZECHENYI
Publication : août 1985
Mise en ligne : 13 mars 2009

Voici un extrait d’une lettre de l’A.I.D.E. (Association
Interprofessionnelle des Demandeurs d’emploi) :

Les progrès technologiques qui devaient
permettre à tous les hommes de mieux vivre, les machines, les
robots qui devaient lui permettre de travailler moins dans de meilleurs
conditions de sécurité et sans fatigue inutile ont été
détournés de leurs objectifs premiers. lis ne servent
que les intérêts particuliers de quelques-uns : patronat,
industriels, financiers, multinationales, gouvernements qui réduiront
l’homme à l’esclavage si l’on ne réagit pas immédiatement.
(...)
Faisons payer aux robots et à ceux qui les possèdent les
salaires qu’ils nous ont volés. Exigeons que les robots soient
imposés, qu’ils paient leur part de cotisations sociales, d’autant
que compte tenu de l’amortissement de ces matériels, les coûts
de production diminueront, seul le prix des matières premières
et de l’énergie nécessaire à la fabrication figurerait
dans le prix de revient des produits manufacturés.
De telles mesures permettraient de constituer la trésorerie nécessaire
pour indemniser au SMIC et non pas seulement aux 2/3 les chômeurs
qui n’auraient pas retrouvé un emploi grâce au partage
du travail et de la réduction du temps de travail.

En somme, l’A.I.D.E. propose d’imposer les robots
pour en faire profiter tout le monde.
Or, ce qui pousse les entrepreneurs à remplacer les travailleurs
par des robots, c’est la volonté de réduire leurs coûts
de production, de façon à ce que leurs produits restent
concurrentiels, ceci en vue d’écouler leurs produits.
Imposer les robots aurait pour conséquences, d’une part, de dissuader
les entreprises d’utiliser des robots, et d’autre part, d’entraîner
une hausse des prix : pour récupérer la somme perdue par
l’imposition des robots, les entrepreneurs augmenteraient le prix de
leurs produits.
Cette inflation aurait tendance à réduire le pouvoir d’achat
global, même si or augmente celui des chômeurs. La production
demeurerait alors freinée par l’insuffisance de la consommation.
Le problème essentiel n’est donc pas de savoir à qui distribuer
la monnaie, mais il réside dans la rature de cette monnaie :
dans le système actuel, la production est limitée par
le fait que la capacité d’achat des consommateurs ne peut suivre
la capacité croissante de production des techniques modernes.
Pour que la production ne soit plus limitée par des considérations
financières, il faut que la monnaie, telle que nous la connaissons,
disparaisse au profit d’une monnaie de consommation de la production.
C’est alors seulement que les robots pourront réellement profiter
à tous les membres de la société en produisant
en fonction des besoins réels des individus et non au profit
à réaliser.
D’un autre côté, la réduction de la durée
du travail - très difficile dans le cadre du système actuel,
à cause du coût supplémentaire qui s’ensuit pour
les entreprises, entraînant inéluctablement une hausse
des prix - s’appliquera à tous les travailleurs, grâce
à l’utilisation intensive des robots.
Ces derniers, au lieu de créer chômage et misère,
rendront le travail moins pénible à l’humanité
entière, en la faisant accéder à une société
du temps libre où personne n’aura plus à gagner son pal
« à la sueur de son front ».