Marinaleda, l’utopie anticapitaliste devenue réalité

 Expérience
par  S. VERDIÈRE
Publication : octobre 2023
Mise en ligne : 21 janvier 2024

Après les expériences du passé présentées par François Chatel, Simon Verdière revient sur une expérience au présent : la démocratie locale, le partage du travail et des revenus, mis en pratique dans le petit village espagnol Marinaleda. Jean-Pierre Mon nous avait fait découvrir ce lieu en 2010 dans la Grande Relève N°1110. Les habitants continuent aujourd’hui encore à vivre et expérimenter les communs.

 [1]Véritable utopie sociale et démocratique [2], la commune située en Andalousie vit presque en autogestion d’après un modèle proche de l’anarchisme depuis plus de 44 ans. Fondée sur une économie agricole coopérative, elle prend toutes ses décisions en concertation avec ses citoyens et citoyennes.

 Un chantier démarré à la fin
des années 70

C’est en 1979, lors des premières élections municipales de la ville depuis la chute de la dictature franquiste, que va démarrer l’aventure socialiste de Marinaleda. À l’époque, Juan Manuel Sanchez Gordillo est désigné à la tête d’une commune qui croule sous la misère.

La prise de pouvoir du plus jeune maire d’Espagne de l’époque [3] ne plaît pas à tout le monde. Tandis que les rues sont renommées par la nouvelle municipalité, la presse d’alors [4] accuse le "maire d’extrême gauche" de «  faire table rase de l’histoire de l’Espagne.   » Dans le même temps, un militant d’extrême droite essaie de l’assassiner avec un pistolet.

 «  La terre appartient aux travailleurs  »

Après l’échec de cette tentative, le jeune maire, accompagné par les habitants de la ville, va lancer une série d’actions pour prendre possession des terres locales. Il faut dire qu’en Andalousie, la majorité des champs sont détenus par de grands exploitants qui les louent à des paysans.

À Marinaleda, on refuse cet état de fait que l’on considère comme un héritage d’une époque révolue. Les citoyens réclament alors la possession foncière des terres qu’ils exploitent eux-mêmes. Grève de la faim, occupation, protestations non violentes  : les actions pour atteindre leur objectif sont légion pendant plus de dix ans [5].

Finalement, en 1991, après plusieurs attaques judiciaires, le duc de l’infantado, qui détenait les champs, est exproprié de 1200 hectares de parcelles cultivables [6] donnés à la municipalité. Aussitôt, la population en fera une grande coopérative agricole à laquelle elle ajoutera bientôt une usine de conditionnement.

 Pas de patron

Dans cette exploitation, qui reste encore aujourd’hui le cœur économique de la ville, il n’y a aucun patron. Chacun a le même pouvoir de décision et tout le monde est payé de manière identique, quel que soit son poste. Les bénéfices, eux, sont intégralement réinvestis dans l’entreprise, dans le but de constamment améliorer la condition des travailleurs et de créer le plus d’emplois possible pour les locaux.

Ainsi, Marinaleda a littéralement appliqué l’un des principes fondamentaux du communisme  : la socialisation de ses moyens de production. Et cela fonctionne. Alors que la région est connue pour son extrême pauvreté, Marinaleda a toujours surnagé. Également frappée par la crise de 2008, la ville s’en est pourtant beaucoup mieux tirée que les autres [7], et son taux de chômage reste très faible.

«  Il nous a fallu trente ans pour en arriver là. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que ce sont nos solutions qui marchent. La spéculation immobilière, elle, ne pouvait rien donner de bon. C’est la cupidité qui a plongé le monde dans la crise. Les gens sont surpris lorsqu’ils voient qu’ici, il n’y a presque pas de chômeurs et que tout le monde a sa propre maison. Mais c’est pourtant ça qui est normal. Ce qui n’a pas de sens, c’est ce qui se fait ailleurs. Et qu’on ne vienne pas me dire que notre expérience n’est pas transposable  : n’importe quelle ville peut faire la même chose si elle le souhaite  » [8], explique le maire local.

 Un coût de la vie extrêmement faible

Ici, aucun bénéfice ne va engraisser des actionnaires ou de grands bourgeois ultra-riches [9]. Tout va nourrir la collectivité qui dispose par conséquent de nombreux services publics gratuits ou à bas prix.

Petit à petit, la ville a ainsi pu établir une école, un collège, un lycée, des installations sportives ou encore un parc. À titre indicatif, l’abonnement annuel à la piscine est seulement de 1,80 € [10] et le tarif de la crèche à 12 € par mois [11]. Il existe enfin, des prestations d’accompagnements à domicile aux personnes âgées [12], réalisés par des agents municipaux.

Pour faire face au problème du logement, les citoyens de la commune se sont lancés eux-mêmes dans la construction d’habitations. Souvent, c’est un groupe de futurs occupants qui travaillent sur toute une rangée de maisons mitoyennes sans savoir à l’avance dans laquelle ils allaient vivre. On attribuait ensuite au hasard un bâtiment à tous en échange de 16 € par mois. Chacun pouvait alors disposer d’un foyer [13], 26/03/2013 
https://reporterre.net/Marinaleda-l-utopie-realisee-en]] de 90 m² doté de deux salles d’eau et d’un jardin de 100 m². Au bout du compte, chacun devient propriétaire, mais l’édifice ne peut être revendu.

De la même façon, on peut aussi prendre l’exemple de la maison de la culture [14] qui a été en partie construite de manière bénévole par certains habitants. Une solidarité communale qui donne confiance aux gens les uns envers les autres. À tel point qu’il n’y a pas de gendarmes sur place, comme l’expliquait le maire(13) à Reporterre en 2013.

 Une réelle démocratie

Dans la ville, les décisions ne sont certainement pas cantonnées au maire, ni même au conseil municipal. Des assemblées avec les habitants sont en effet régulièrement organisées et ceux-ci sont mis à contribution pour discuter de tout.

On évoque donc les impôts, les dépenses publiques, ou encore les choix à faire pour l’avenir de la commune. Dans tous les cas, on cherche, dans la mesure du possible, à se rapprocher au maximum du consensus. Le maire estime ainsi(6) qu’il faut au moins 80 à 90 % d’avis favorables pour trancher.

 Seul contre tous

Si cette utopie a pu voir le jour, personne n’est naïf sur le fait qu’elle reste encore extrêmement fragile. On peut par exemple craindre le départ du maire actuel qui demeure malgré tout à l’origine du projet. Réélu en 2019, il est cependant à cet instant âgé de 73 ans et ne sera pas éternel.

L’équilibre est d’autant plus précaire que les jeunes générations de la ville, qui n’ont rien connu d’autre, risquent de moins s’impliquer dans les affaires de la cité, n’ayant pas forcément conscience de cet équilibre friable.

Il est vrai qu’à travers l’Histoire, les poches de résistances au capitalisme ont le plus souvent été matées par la force, la propagande médiatique et l’usure du temps. On le voit d’ailleurs régulièrement en Amérique du Sud où les pays socialistes [15] sont constamment déstabilisés par les États-Unis.

Il ne faudrait surtout pas que l’on puisse prouver qu’un autre monde est possible… Ces exemples fonctionnels risquent en effet de donner envie à de plus en plus de gens de faire tomber notre système indexé sur l’argent et la croissance qui est à bout de souffle. Reste que pour en arriver là, il sera nécessaire de démontrer autant de résistance(6) que les habitantes et habitants de Marinaleda.


[102/09/2023, article initialiement publié sur 
https://mrmondialisation.org/

[2Isabelle Labeyrie, Marinaleda, un modèle de démocratie directe, France Inter, 23/03/2019 
https://www.radiofrance.fr/franceinter/marinaleda-un-modele-de-democratie-directe-6723540

[3Juan Manuel Sánchez Gordillo, né le 5 février 1949 à Marinaleda, est un homme politique espagnol, syndicaliste et professeur d’histoire.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Juan_Manuel_S%C3%A1nchez_Gordillo

[4Vanesa Rodríguez Largo, [En espagnol] Sánchez Gordillo à la une de "La Razón"  : "C’est du terrorisme d’information" (VIDÉO), 23/08/2012 
http://www.huffingtonpost.es/2012/08/23/sanchez-gordillo-sobre-la-portada-de-la-razon-terrorismo-informativo_n_1824406.html

[5Emissions REGARDS, Marinaleda - Les insoumis, 22/03/2015 
https://youtu.be/S5Wqtzjyvs8

[6Anaël Kieber (Lutopik), Une oasis coopérative dans un monde néolibéral  : le village utopique de Marinaleda en Espagne, 24/10/2014 
https://basta.media/Un-oasis-cooperatif-dans-un-monde

[7Luis Giménez San Miguel, Une utopie anti-crise en Andalousie, Courrier international, 02/10/2012 
https://www.courrierinternational.com/article/2012/08/21/une-utopie-anti-crise-en-andalousie

[9Benjamin Remtoula, La domination bourgeoise est puissante mais pas invincible, 13/07/2023 
https://mrmondialisation.org/domination-bourgeoise-puissante-mais-pas-invincible/

[13Andrea Duffour, [[Marinaleda, l’utopie réalisée en Espagne

[15Delphine de H, Le Chili prouve que la lutte sociale et climatique paye  !, 29/03/2022 
https://mrmondialisation.org/le-chili-prouve-que-la-lutte-sociale-et-climatique-paye/


Brèves

13 août 2023 - Suivez-nous sur les réseaux

Facebook, X (Twitter), Telegram

24 mars 2021 - Publications de La Grande Relève

L’équipe de la rédaction connaît des difficultés de santé et de disponibilité. Le rythme des (...)

8 janvier 2021 - Livre "Économie distributive de l’abondance" au format ePub.

Le livre "Économie distributive de l’abondance" de Jacques Duboin est désormais disponible au (...)

1er janvier 2021 - "Libération" au Format ePub

Mise à jour des fichiers ePub et PDF des livres disponibles sur notre site, de Jacques Duboin et (...)

12 avril 2019 - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.