Silence, on fraude !

par  H. de JOYEUSE
Publication : octobre 1980
Mise en ligne : 25 mars 2008

En Grande-Bretagne, les Associations pour la défense des consommateurs n’appartiennent pas au Gouvernement, comme en France. (Cf. « 50 millions de Con-Sommateurs »). Leurs activités commencent à agacer les trusts de producteurs. Et en particulier les grossiums Unilever, Marks and Spencer, etc. Estimant que les décisions légales de protection obtenues « gênaient les affaires  », les grosses têtes de l’empoisonnement public et payant ont actionné la C.B.I. (Confederation of British Industries) qui est passée à la contre-attaque. La C.B.I. a chargé, moyennant guinées, « L’Economat Intelligence Unit » bien connu pour ne pas en avoir (d’intelligence) et son goût pour le dégoût, de torpiller ces Associations. Cet organisme, après étude, a découvert que le mieux serait de susciter un mécontentement parmi les consommateurs, en faisant valoir que toutes les mesures législatives décidées, ces dernières années, pour la sauvegarde de la santé des utilisateurs ou la protection des usagers, leur coûtait plus d’argent que cela n’en valait la peine. Une vaste et persistante campagne fut lancée, laquelle ne regardait pas à la dépense.
Le premier et excellent résultat obtenu, fut que Madame Sally Oppenheimer, qui est ministre de la consommation, s’est déclarée très favorable à cette « campagne d’information  ». Déclaration qui s’illumine à la lumière de la révélation que cette Marie-Sally a de gros intérêts chez « Marks and Spencer ». La santé du consommateur, peut-être, mais pas au détriment d’une baisse des actions. Faut pas charrier !


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.