L’effort des industries mécaniques américaines

Publication : 1er juin 1945
Mise en ligne : 17 octobre 2006

Des études publiées par divers organes et, notamment par l’Agence France-Presse, donnent quelques chiffres précis concernant le gigantesque effort accompli par les Etats-Unis, pendant la guerre et les progrès quantitatifs et techniques réalisés par l’industrie de ce pays. Ceux-ci se sont manifesté dans tous les domaines intéressant la guerre, puisque, entre 1941 et 1943, une armée de dix millions d’hommes, a été pourvue de canons, de tanks et d’équipements divers, mais très spécialement dans certaines branches de la construction mécanique : avions, navires, machines-outils.

Au cours de ces trois dernières années, les Etats-Unis ont produit 153.061 avions et 1.657.840 camions militaires.

La production d’avions n’a cessé de progresser, si bien que, dans le seul mois de décembre 1913, le poids des engins construits a excédé celui de l’année 1941 tout entière. En effet, non seulement on sort de plus en plus d’avions, mais ils sont de types plus lourds :

1941, nombre d’appareils : 19.403 ; poids 83.500.000 livres.

1942, nombre d’appareils : 47.696 ; poids 276.500.000 livres.

1943, nombre d’appareils : 86.OO0 ; poids 667.500.000 livres.

De juillet 1940 à décembre 1943, 167.000 avions ont été construits, soit un chiffre supérieur à celui de la production du reste du monde et plus que double de celui de la production des pays de l’axe.

En ce qui concerne les constructions navales, les chiffres suivants font ressortir une ascension extraordinairement rapide :

341.219 tonnes « dead-weight » en 1939
637.860 1940
1.139.293 1941
8.089.732 1942
19.238.626 1943

....De 1941 à 1943, les navires construits se répartissent de la façon suivante :

746 navires de guerre ;

1.899 bateaux du type Liberty ;

702 navires de commerce

28.285 bateaux secondaires, dont 23.867 péniches de débarquement.

Pour obtenir ce résultat, la standardisalion a été poussée encore davantage. Le principe de la préfabrication appliquée nouvellement à l’aéronautique est employé depuis plusieurs années déjà dans l’industrie navale. Il consiste dans la construction autonome des différentes parties du navire, travail qui se fait dans 47 Etats sur 48. Ces éléments sont ensuite amenés par rail dans un atelier spécial de la côte ou de l’intérieur et montés rapidement. L’assemblage de la coque ne se fait plus par rivetage, mais par soudure. Ce procédé a permis de réduire la durée de la construction des navires du type Liberty de 600.000 heures à 400.000, et même au temps record de 320.000. Ce système rapide et économique paraît avoir fait ses preuves et subsistera probablement après la guerre. La technique, elle aussi, s’est améliorée. C’est ainsi que l’on se sert actuelIement d’un, « Doigt Electro » pour la fabrication des hélices de grands navires de guerre et de commerce. Le découpage de ces hélices. dont la courbe doit être réalisée avec une précision méticuleuse, durait deux semaines, lorsqu’elle s’effectuait à la main, tandis que le nouveau doigt robot en acier, accomplit ce travail en deux jours.

La branche des machines-outils a dû répondre à des demandes très fortes à partir de 1939, et a connu dès lors une ascension extrêmement rapide jusqu’en avril 1943.

De 1941 à 1943, ii a été livré 700.000 machines-outils de toutes sortes pour une 50mme de 3.250.000.009 de dollars, soit une production quinze fois plus forte que dans les bonnes années d’avant guerre. A partir du mois d’avril 1943, les commandes ont régulièrement diminué, les besoins de l’industrie anglo-américaine ayant été satisfaits et la production a suivi le même mouvement.

Années Valeur moyenne mensuelle des livraisons
1939 16.660.000
1940 26.890.000
1941 64.290.000
1942 110.150.000
1943 (1er mois) 130.000.000
1943 98.350.000
1943 (fin d’année) 60.000.000

Cette baisse très rapide est due comme on l’a dit, à la forte diminution des commandes. En 1944, la moyenne des commandes mensuelles est tombée à 25 millions de dollars. Etant donné le rythme accéléré de la construction pendant ces dernières années, les besoins des Etats-Unis en machines-outils paraissent couverts pour dix ans, et les Industriels intéressés se montrent très inquiets, ils espèrent qu’une politique favorisant l’exportation permettra l’écoulement du surplus de la production.


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.