N° 972 - décembre 1997

Ce numéro (24 pages) fait le point sur le débat de cette fin de siècle, « la fin du travail ? », et tente de l’éclairer à la lumière des thèses de l’économie distributive. Pour cela, il fait d’abord le constat, chiffres à l’appui, que les problèmes de production sont résolus par les progrès de la science et des techniques, mais, que, dans le système économique actuel, celui du marché capitaliste, cela aboutit à une précarisation de plus en plus grande de la majeure partie de la population. Il analyse ensuite la « valeur » attribuée au travail pendant l’ére industrielle afin de la démythifier et de préciser les différences entre activité et travail salarié.

Après cela, il montre les tentatives de récupération, pour leur plus grand profit, que tentent de faire le patronat et la droite en profitant de la confusion entre travail et activité. Pour indispensables qu’elles soient, les propositions des partis de gauche ne sont que des rustines qui se décolleront vite à l’épreuve de l’accélération du progrès.

La dernière partie du journal explique comment les propositions d’économie distributive avec l’instauration de « contrats civiques », peuvent permettre de remettre l’économie au service de l’homme et non plus du capital.



Publication : décembre 1997
Mise en ligne : 2 décembre 2005

Bibliographie générale de ce numéro

[1] Viviane Forrester, L’horreur économique, éd. Fayard, 1996. [2] Jeremy Rifkin, La fin du travail, éd. La Découverte, 1996. [3] Jacques Duboin, Kou l’ahuri, ou la misère dans l’abondance, éd. Fustier, 1935. [4] Jeremy Rifkin, The end of work, éd. Putnam, 1995. [5] Robert Reich, L’économie (...)