Lettre à mon facteur

par  P. VINCENT
Mise en ligne : 10 août 2007

Le 22 juin 2007

Cher Olivier,

Tu sais ce que je pense de la façon dont est aujourd’hui gérée La Poste, pompeusement appelée La Banque Postale, alors que je l’appellerais plutôt Le Bordel Postal : les bureaux de poste sont transformés en carteries-papeteries, bien sûr non compétitives s’il y a à proximité un Monoprix ou même un marchand de journaux, lequel de son côté fait concurrence à la La Poste en se transformant en bureau de fret de La Redoute ou des 3 Suisses - d’autre part, je m’amuse à exhiber un récent relevé de compte des CP émis pour l’opération suivante : frais trimestriels de tenue de compte - 1 euro (et il paraît que les Chèques Postaux paient l’affranchissement de cet envoi à La Poste !), une façon géniale de créer du travail inutile mais des emplois (avant on prélevait 4 euros une fois par an) mais pour faire à tout prix des réformes, il faut avoir de l’imagination !

Ce matin, un postier qui connaît mes idées m’a attiré à son guichet pour m’expliquer confidentiellement qu’ils avaient des instructions orales et officieuses pour détourner la clientèle des actuels contrats de réexpédition ou de garde du courrier et pour leur proposer un nouveau contrat avec de la publicité concernant des produits ou services vendus par correspondance avec des remises alléchantes, mais qui coûteraient par exemple 32 euros là où cela en coûtait 22 dans l’ancien système qu’ils cherchent à faire disparaître.

À la place d’une Administration (horreur !) au service du public, on veut une Société Commerciale ayant pour but le profit, ceci naturellement en arnaquant le public, mais avec un personnel qui n’aura plus les scandaleux avantages qu’ont des fonctionnaires, ce qui en compensation pourra plaire à des gens souffrant de leurs conditions dans le secteur privé.

Souviens-toi de Denis Jeambar qui, dans l’Express, cherchait à susciter l’indignation des travailleurs du privé contre ceux du secteur public en prétendant que ces derniers vivaient 5 à 7 années de plus, ce qui ne serait pas à l’honneur du privé. Et faire mourir plus tôt les fonctionnaires n’avancerait pas beaucoup les travailleurs du privé.

Bien amicalement.


Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.