En relisant Jacques Duboin

par  J. DUBOIN
Publication : décembre 1978
Mise en ligne : 9 septembre 2008

Si l’on oppose la rareté à l’abondance,
c’est parce qu’un produit utile possède une grande valeur d’échange
tant qu’il reste rare, et perd sa valeur d’échange en devenant
abondant. Et comme sans valeur d’échange aucun profit n’est possible,
on combat l’abondance, faussement dénommée surproduction,
dans l’espoir que le produit utile devenu rare, retrouvera une valeur
permettant de l’échanger avec profit.

(Extrait de « Rareté et Abondance »,
1945)

*

Dès que les moyens de production atteignirent
un potentiel rendant l’abondance inévitable mais
diminuant parallèlement les profits, le licenciement d’une masse
énorme de travailleurs devint définitif, parce que les
offres d’emplois se raréfièrent dans toutes les branches
de la production. Il s’en suivit une baisse rapide et continue du revenu
national ; et ce phénomène inconnu, agissant comme une
force sourde et sournoise, eut des répercussions économiques
amenant la destruction inévitable de toute notre organisation
sociale. - Par quel procédé ? Par la rupture de l’équilibre
comptable au sein de millions de familles dont l’existence a été
complètement bouleversée.

(Extrait de « Rareté et Abondance »,
1945)