I . Litanies

par  R. POQUET
Publication : décembre 2002
Mise en ligne : 28 novembre 2006

Dans un premier article, qui suit, Roland Poquet introduit, sous forme de litanies, ce qui pourrait constituer le bréviaire des opposants à l’économie capitaliste de marché. Dans un second il ouvrira le champ de la réflexion en vue de faire surgir une alternative : modèle ? projets ? perspectives ?

Ceux qui dénoncent avec pertinence, parfois avec vigueur, les “maladies” de l’économie capitaliste de marché nous aident, par leur connaissance de l’économie mondiale et par leurs réflexions, à affiner notre critique de ce système. Là où nous nous séparons d’eux, c’est, bien entendu, sur le traitement à imposer au malade : peut-on le guérir ou faut-il, pour sauvegarder ses proches, hâter sa fin ? Pour les adeptes de ce que nous appellerons la survie, la disparition de l’économie capitaliste de marché est impensable : plusieurs fois centenaire, sa « caractéristique majeure - en raison de la place qu’elle laisse à la multiplicité des initiatives individuelles - est sa capacité à utiliser les crises pour se régénérer en se renouvelant » ; cette régénération par le renouvellement « suppose une action délibérée en vue d’arracher le pouvoir aux puissances financières et, par là même, de transformer la logique du système ». En ce qui nous concerne, cette illusion - arracher le pouvoir aux puissances financières - et cette utopie - transformer la logique du système - nous apparaissent bien coupables dans la mesure où chaque jour nous apporte son lot de “maladies” nouvelles. Bien sûr, le système peut surmonter les crises les plus terrifiantes. Mais pour combien de temps encore ? au prix de quels ravages ? et pour tendre, en fin de compte, vers quelle humanité ? une humanité qui regorge de biens et ne donne plus aucun sens à la vie ? Et si ces adeptes de la survie du système faisaient preuve, comme ses défenseurs, d’un économisme de mauvais aloi ? Face à cette trahison, un seul remède : l’incantation. Aussi invitons-nous tous les distributistes à psalmodier, chaque jour, les antiennes qui vont suivre, à l’heure de l’angélus par exemple.

QUI ? peut affirmer que l’économie capitaliste de marché est en mesure de :
- se passer du moteur de la croissance.
- se passer du moteur de la consommation à-tout-va.
- remettre en question les modes de production, de consommation et même de vie.
- éliminer les gaspillages en matières premières, en énergies et en temps.
- arrêter la marchandisation du travail, de la terre et de la monnaie.
- introduire des indicateurs de richesse qualitatifs dans une économie congénitalement structurée en vue de produire du quantitatif.

 PERSONNE.

QUI ? en économie capitaliste de marché :
- empêchera les 3 personnes les plus riches du monde d’avoir une fortune supérieure au PIB total des 48 pays en développement les plus pauvres.
- sortira de la malnutrition 800 millions de personnes.
- apportera l’eau potable et l’électricité à près de 2 milliards de personnes.
- clamera que 40 milliards de dollars suffiraient à éradiquer la faim, à permettre l’accès à l’eau potable et à lutter contre les grandes épidémies, alors que le montant de l’endettement extérieur des États-Unis est de 400 milliards de dollars - dix fois plus ! - et que le délire publicitaire nécessité par la vente de n’importe quoi à tout prix s’élève dans le monde à 400 milliards lui aussi.
- annulera la dette des pays du sud.

 PERSONNE.

QUI ? en économie capitaliste de marché :
- mettra un terme à la mise en friche des terres.
- arrêtera définitivement la destruction des richesses agricoles réglementée par la PAC.
- empêchera la désertification des territoires.
- réduira sensiblement les émissions de gaz à effet de serre.
- subordonnera les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce aux principes des Nations-Unies sur la protection des écosystèmes.

 PERSONNE.

QUI ? en économie capitaliste de marché :
- interdira aux entreprises de racheter leurs propres actions pour maintenir les cours.
- imposera la transparence des transactions par la levée du secret bancaire
- contrôlera les flux financiers.
- supprimera les paradis fiscaux.
- empêchera les scandales financiers.
- remettra en cause les décisions du FMI soumis au droit de veto du Trésor américain.

 PERSONNE.

QUI ? en économie capitaliste de marché est en mesure de :
- réformer les institutions financières internationales.
- créer des instances démocratiques pour encadrer la mondialisation par des règles du jeu appliquées par tout le monde.
- éviter l’impérialisme de ceux qui tiennent les outils, contrôlent les moyens, définissent les réglementations politiques et économiques.
- espérer en une mondialisation “à visage humain” qui réduise les inégalités.

 PERSONNE.

QUI ? rejettera l’économie capitaliste de marché :
- parce que la science s’est mise au service de l’économie et que les sciences humaines dépendent des financements entrepreneuriaux et belliqueux.
- parce que ce système économique conforte les comportements de domination et de hiérarchie et produit du sous-développement moral et psychique.
- parce que le développement techno-économique ignore les qualités de l’existence, les qualités de solidarité, les qualités du milieu, la qualité de la vie, les richesses humaines non calculables et non monnayables.
- parce que les sphères de la “production de soi” et du “pouvoir de création” sont limitées à quelques créateurs - artistes et scientifiques notamment - qui, seuls, ont été préparés et éduqués.

 PERSONNE.


N.B. Les statistiques, estimations, réflexions et autres incantations contenues dans cet article ont toutes été relevées dans diverses publications parues ces derniers mois.

( à suivre)

Brèves

12 avril - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.