Les constitutions démocratiques du troisième millénaire

par  D. KESSOUS
Publication : octobre 1994
Mise en ligne : 28 avril 2008

Djémil Kessous analyse une brochure que son auteur nous a adressée :

Tel est le titre ambitieux d’une brochure que son auteur, Jean Pignero, a bien voulu nous communiquer.

Dans une note liminaire, l’auteur déclare que son projet a été suscité par “le caractère peu démocratique de la constitution française de 1958”. En outre, en suggérant que les citoyens d’autres États puissent comparer ce projet avec ce qui existe dans leur pays, il entend donner à son essai une prétention résolument internationaliste.

Le travail accompli par J.Pignero est considérable ; son projet de constitution, comprenant 11 titres et 151 articles, peut difficilement être résumé dans nos colonnes.

Ce sont manifestement les plus nobles préoccupations qui ont guidé la conception de cet ouvrage.

Toutefois, il lui manque cruellement, un (ou des) titres concernant l’organisation économique de la société future. Le caractère peu démocratique des différents États contemporains ne provient-il pas directement de l’existence d’un système économique obsolète hypothéquant gravement (notamment par le biais de ce que l’auteur nomme les pouvoirs masqués) le caractère universaliste et humaniste des premières constitutions républicaines des Temps modernes ?

Nous aurions mauvaise grâce, néanmoins, à ne pas saluer cette initiative ; l’auteur a eu le courage de se jeter dans un projet grandiose.

Sachons bien, toutefois, qu’une telle entreprise ne pourra être menée à bien que par le travail et la coopération d’une nouvelle génération de spécialistes, économistes, juristes, sociologues, tournés vers le progrès social et parmi lesquels les militants distributistes auront leur mot à dire.

(L’ouvrage est disponible chez l’auteur, éditeur-imprimeur, 12, rue de Jouarre, 77240 Vert-Saint-Denis, au prix de 60 F).


Brèves

12 avril 2019 - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.