L’empire Moon

par  H. MULLER
Publication : décembre 1986
Mise en ligne : 10 juillet 2009

Association pour l’unification du christianisme mondial
(AUCM), Eglise de l’Unification, CAUSA, sous ces dénominations
et à travers une multitude de fondations, de mouvements, de cercles,
d’entreprises industrielles et commerciales, la secte MOON affirme sa
présence dans une centaine de pays en danger de subversion, comme
l’explique J.F. Boyer dans « L’Empire Moon » (1).
« Vaincre les ennemis de DIEU et établir le royaume des
cieux sur la terre ; construire une théocratie mondiale sur les
ruines du socialisme », c’est l’écrit J.F. Boyer, le but
avoué de MOON. « L’Histoire, conclut-il, a-t-elle connu
de projet plus politique ? ».
En fait, il s’agit de préserver les intérêts supérieurs
du capitalisme américain dans le monde en mobilisant l’Occident
chrétien sur le thème de l’anticommunisme. Chevauchant
cette même idéologie, la C.I.A. a servi de fusée
porteuse à la mise en orbite de la secte qui, jusque-là
s’était bornée à jouer la mouche du coche. S’étant
pris au sérieux, le Révérend MOON s’est forgé
l’image d’un MESSIE chargé de combattre le Mal.
L’empire du Mal, c’est la Russie Soviétique devenue capable de
contaminer l’Occident, d’en menacer la prospérité, par
l’exemple qu’elle donne d’une réussite sociale, culturelle, morale,
industrielle et scientifique, d’une société sécurisante
à 100% sans crise, ni chômage, d’une économie en
constante progression, à la veille de pulvériser les records
de croissance, assez pour alarmer les devôts de la libre entreprise,
les hauts financiers, la chevalerie du profit.
La secte : un rassemblement de moines-soldats dans la tradition moyennageuse,
croisés de l’anticommunisme, conditionnés dans le fanatisme,
jetant l’huile sur le feu à coups de désinformation dans
l’espoir d’un embrasement final qui détruira pour toujours la
« patrie du socialisme ».
« Le retour à la détente, note encore l’auteur,
la mise en oeuvre concertée d’un désarmement réel
peuvent ruiner la stratégie mooniste d’investissement de l’exécutif
américain fondée sur le développement de la tension
entre les blocs ».
Le livre nous montre les moonistes à l’oeuvre auprès des
dictatures, des « contrats » du Nicaragua, finançant
les fournitures d’armes, organisant conférences sur conférences
internationales avec participation de maints ténors de la politique
et des médias, chefs de file de manifestations, auteurs de thèmes
de propagande que reprennent à l’unisson le choeur des chroniqueurs
bien-pensants, des journalistes dévoués à CAUSA.
En symbiose avec la C.I.A. la secte finance tout ce qui, dans le monde,
livre combat au communisme. Un combat sans merci qui rapporte au Révérend
assez d’argent pour alimenter les activités de la secte, et étendre
son influence. Aux fonds collectés par les jeunes moonistes vendeurs
à la sauvette, s’ajoutent les revenus d’un empire industriel
et commercial aux dimensions d’une multinationale.
Un millier de noms cités. Une information de premier ordre. Un
ouvrage décapant promis à la trappe, à l’enseigne
des publications qui ont l’audace de clouer au pilori les milieux droitiers
et les cercles antisoviétiques.
L’offensive de MOON sur la France est récente. Si demain, une
publicité pour le « ginseng » est glissée
dans votre boîte à lettres, tenez-vous sur vos gardes :
les moonistes sont là.

(1) L’EMPIRE MOON par Jean-François BOYER (ÉDITIONS
DE LA DÉCOUVERTE 1986).