Leçon d’hygiène

par  Henriot
Publication : septembre 2017
Mise en ligne : 1er janvier 2018

Heureusement qu’il y a toujours eu des humoristes pour aider à réfléchir. C’est ce que prouve la “bande dessinée” que nous avons retrouvée et reproduite ci-dessous. Elle date sans doute des années 1930 et a été publiée dans L’Illustration.

Je le suppose mort, le microbe, je supprime tous les microbes.
Eh bien, ce serait du propre ! Que deviendraient demain tous les médecins, désormais sans ouvrage ?
Et les pharmaciens qui seraient obligés, pour vivre, de manger leurs pastilles et boire leur ipéca ?
Que deviendraient les chirurgiens ? Vous me direz qu’ils trouveraient toujours un prétexte pour vous ouvrir le ventre…
Mais les internes, les potards, les garde-malades, les cochers d’ambulances, etc…
Enfin, vous êtes-vous demandé ce que deviendraient les croque-morts si on ne mourrait plus ?
Ce serait abominable. Toutes les carrières sont déjà encombrées : il y aurait 500.000 demandes pour un poste d’employé à la plus petite administration !
Il y a déjà 100.000 peintres en France, sans compter ceux du Salon d’automne. Il y en aurait des millions…
Le Métropolitain et les omnibus seraient tellement encombrés que le peuple ferait une révolution…
… Et l’on entendrait d’un bout à l’autre de la terre ce cri unanime  : « Rendez-nous les micro­bes, s’il vous plait ! »

Navigation