Ne manipulez plus les bombes

par  M.-L. DUBOIN
Publication : décembre 1987
Mise en ligne : 10 juillet 2009

Toutes les fois que vous appuyez sur la valve d’une
bombe à aérosols (bombes insecticides, spray, produits
d’entretien, déodorants, etc...) vous pressez une gâchette
 : vous contribuez à la destruction de la couche d’ozone de notre
planète, ce bouclier qui nous protège contre les radiations
ultraviolettes mortelles que nous envoie le soleil. Cette couche, que
se situe au niveau de la stratosphère vers 20 kms d’altitude,
est en effet une protection indispensable, au maintien de toute vie
sur notre planète.
Les premières mesures qui ont permis de détecter une diminution
de cette couche datent d’une vingtaine d’années. On avait alors
pensé surtout aux effets des réacteurs supersoniques volant
au niveau de la stratosphère. Puis on a montré que ces
effets n’étaient pas exclusivement destructeurs d’ozone. Par
contre, il est certain que tous les fréons, gaz artificiels contenus
dans les bombes à aérosols et insolubles dans l’eau, s’échappent
inexorablement vers la stratosphère où ils restent indéfiniment,
y détruisant irréversiblement l’ozone.
Devant un tel danger, aujourd’hui certain, puisque les plus récentes
mesures en août et septembre dernier, attestent une diminution
de l’ozone de 15 % par rapport à 1985, des décisions officielles
doivent être prises d’urgence dans le monde entier.
Elles l’ont été. Dès 1985, une convention pour
la sauvegarde de l’ozone avait été signée à
Vienne par 20 pays.
Mais elle n’est pas entrée en vigueur... Producteurs de fréon
et de bombes à aérosols sont plus préoccupés
de leurs profits immédiats que de la survie, à terme,
sur notre planète. Ceci ne surprendra pas nos lecteurs...
Un protocole vient d’être adopté à Montréal
en septembre dernier. Non seulement, pour rentrer en vigueur, il devra
encore être ratifié par 11 pays ; mais, de plus, il stipule
que la consommation de fréon devra être réduite
à la moitié de son niveau 1986... au 1er juillet 1998.
Vous avez bien lu : dans onze ans...
Alors non, n’attendons pas pour donner tout de suite la priorité
à la vie sur le profit et refusons tout de suite d’utiliser ces
bombes domestiques !