Un principe fondamental

par  M. DIEUDONNÉ
Publication : avril 1977
Mise en ligne : 18 mars 2008

« Le progrès technique crée de l’emploi » affirment les économistes. Si ce principe était juste, il y aurait de plus en plus d’emplois au fur et à mesure du développement du progrès, de moins en moins de chômage, la prospérité économique serait de mieux en mieux assurée, - si rien ne s’y opposait par ailleurs, bien entendu -. L’Economie du Gain s’adapterait parfaitement au progrès.
« Le progrès technique supprime de l’emploi », pensons-nous au contraire. Si ce principe était juste, le travail des machines de plus en plus automatiques se substituerait de. plus en plus au travail des hommes. Comme le progrès est illimité et irréversible, il condamnerait irrémédiablement l’emploi, le salaire en résultant, puis, en chaîne, le bénéfice, tous les autres gains et finalement l’Economie du Gain.

DEUX CONCEPTIONS DE LA REALITE

Nous sommes en présence de deux conceptions fondamentales diamétralement opposées. L’une est juste, l’autre est fausse. Une seule exprime la réalité. Si c’était la première, Economie du Gain pourrait subsister jusqu’à la fin des temps humains. Si c’était la deuxième, il serait impérieusement nécessaire de remplacer le gain par le revenu social, et l’Economie du Gain par l’Economie du Revenu Social.
Voilà le problème social le plus important des temps passés, présents et futurs, car de sa solution dépend l’avenir de l’économie, de la société, de la civilisation et de l’humanité. Ce problème est pourtant l’un des plus méconnus. Rien n’est donc plus important que répondre à cette question fondamentale, essentielle :
Le progrès technique crée-t-il ou supprime-t-il de l’emploi  ?

LE PERFECTIONNEMENT DES MACHINES

Il peut sembler évident qu’il en supprime. En effet. le progrès conduit à des machines de plus en plus automatiques qui fabriquent des machines elles-mêmes de plus en plus automatiques. Nous concevons difficilement qu’un tel processus crée de l’emploi. S’il en était ainsi. pourquoi donc les syndicats, les partis et tout le monde réclameraient-ils à cor et à cri, avec une étonnante obstination, de nouveaux emplois ? Pourquoi donc le Président de la République et le gouvernement claironneraient-ils à tout bout de champ, sans jamais s’en fatiguer, qu’ils vont créer de l’emploi ?
Un industriel se fait livrer et installer une machine moderne, en remplacement d’une autre, moins élaborée, afin de rendre le prix de ses marchandises plus compétitif. Il fallait deux hommes pour conduire l’ancienne machine, il n’en faut plus qu’un avec la nouvelle, qui, de surcroît, produit deux fois plus. Dans le cadre de cette entreprise, le progrès diminue l’emploi et augmente la production. De plus, pour produire la même quantité avec l’ancien matériel, il faudrait deux machines et quatre hommes. Ce n’est donc pas un seul emploi qui est supprimé, mais trois, dont deux, tués dans l’oeuf, ne pourront pas être offerts à deux jeunes travailleurs, qui seront chômeurs avant d’entrer dans la vie professionnelle, faute d’emplois éliminés par le progrès technique.

LES EMPLOIS NOUVEAUX

- C’est entendu, nous répond-on, le progrès élimine de l’emploi, mais il en crée plus qu’il en supprime, car il faut construire de nouvelles machines, les transporter, les installer, faire face à d’autres incidences.
Dans le prix d’une marchandise quelconque - que ce soit un objet d’usage courant, un engin ou une machine - est incorporé le prix de travail de toutes les personnes qui ont coopéré, de près ou de soin, directement ou indirectement, à sa fabrication et, en ce qui concerne la machine-outil, à son installation, car dans les affaires, personne ne fait de cadeau à personne.
Si le progrès créait plus d’emplois qu’il en supprime, le prix de la machine de notre industriel, et de son installation, serait supérieur au prix du travail de trois ouvriers pendant la durée de fonctionnement de cette machine, soit peut-être pendant une vingtaine d’années ou plus. On se demande alors pourquoi l’industriel aurait-il remplacé son outillage ? Pour dépenser plus d’argent ? Pour rendre ses prix moins compétitifs ? Pour être mis en faillite, pour perdre ses réserves et ses économies personnelles ?
Nous avons choisi un exemple simple pour faciliter la démonstration et la compréhension du sujet, mais la réalité du fait, sa matérialité dirait un juriste, est rigoureusement la même dans tous les cas. qu’il s’agisse d’un outil, d’un engin, d’une chaîne de fabrication ou d’un complexe industriel.

L’EXEMPLE DU CHEMIN DE FER

Pour étayer le principe de la création d’emplois par le progrès technique, l’argument massue mis en avant par les économistes est que les chemins de fer ont créé plus d’emplois qu’il y en avait à l’époque des diligences. Mais ils oublient d’ajouter que pour assurer avec des diligences et des charrettes le même trafic de voyageurs et de marchandises qu’avec les chemins de fer, le nombre des emplois d’éleveurs de chevaux, de palefreniers, de cochers, d’aubergistes de relais, de charrons, de bourreliers, de carrossiers, de maréchaux-ferrants, de cantonniers, etc., serait tellement élevé qu’il dépasserait énormément la capacité nationale d’emploi. En mettant toutes nos possibilités de main-d’oeuvre et d’élevage de chevaux
dans le transport hippomobile, on assurerait sûrement le plein-emploi, mais aussi un trafic extrêmement inférieur à celui des chemins de fer. Cela signifie que le progrès technique diminue l’emploi et augmente la production, le rendement, la productivité.
La conclusion de nos observations, puis de l’ana. lyse de l’argument des économistes sur les chemins de fer, est que le progrès technique supprime de l’emploi. Il nous sera impossible de changer d’avis tant que la démonstration du contraire ne sera pas faite, en langage clair et sans faux-fuyant. A défaut, nous sommes convaincus d’avoir raison ; donc nous pensons que les économistes ont tort sur ce principe fondamental, jusqu’à preuve du contraire. Or, cette preuve, ils refusent de nous la donner. Ils refusent de passer notre démonstration au crible de la critique. Ils gardent le silence le plus absolu sur l’économie distributive et sur tout ce qui s’y rapporte, sur tout ce qui y conduit. Devant cette attitude négative, nous ne pouvons que formuler des hypothèses :

POURQUOI CACHER LA VERITE ?

Se trompent-ils sur le principe fondamental ? Mentent-ils par omission ? Sont-ils obnubilés ?
S’ils se trompent, on se demande comment il est possible que tous les économistes du monde se trompent, à notre connaissance du moins, et que seuls les disciples de J. Duboin, notre maître, appréhendent après lui, une vérité qui leur semble évidente ?
S’ils mentent, en fait ou par omission, ce ne sont pas des savants, mais de faux savants, car dans le domaine scientifique sont ainsi considérés ceux qui ne disent pas la vérité. La première qualité d’un savant, c’est la sincérité. Il doit dire ce qu’il croit être la vérité, même si elle ne lui plaît pas, même si elle ne plaît à personne, même si elle heurte les convictions les plus profondes. C’est précisément ce qu’a fait un économiste courageux, épris de vérité, J. Duboin. Son oeuvre méritait au moins un examen sérieux, voire une réfutation éventuelle. Cependant, depuis 1932, soit pendant près d’un demi-siècle, ses collègues lui ont opposé le silence opâque le plus méprisant. Nous nous abstiendrons de commenter leur attitude inqualifiable, tant elle est contraire à la raison, à la solidarité et à l’esprit scientifique. L’histoire parlera encore de Jacques Duboin, généreux pionnier de la civilisation, la vraie, pas celle de l’argent, quand le nom de ceux gui le méprisent aura été oublié depuis longtemps. Bref, ne pas dire la vérité, mentir par omission, c’est être un partisan avant tout au service de son parti, de ses convictions et de ses préjugés.
Les économistes sont-ils obnubilés par leur propre enseignement, transmis de génération en génération ? Sont-ils submergés à leur insu par le préjugé de la pérennité de l’économie du gain, ce qui paralyserait leur faculté de penser à cet endroit ?
Sont-ils effrayés inconsciemment par l’envergure du problème ? Ont-ils peur de se compromettre, de perdre leur situation, de passer pour des utopistes, des illuminés sans plomb dans la cervelle et qu’on ne prendrait pas au sérieux ? Bien sûr, s’ils reconnaissaient publiquement que l’emploi est condamné par le progrès, il leur faudrait envisager de remplacer le gain qui en résulte par un revenu social, d’où un changement d’économie, de société, de civilisation et, finalement, de mentalité. Il y a de quoi être effrayé, en effet !... Mais il y a plus effrayant encore, c’est de laisser le monde dans l’ignorance, dans la nuit, sans boussole pour se diriger, sans but. Là est la cause de l’extrême confusion qui règne dans les esprits et la société.

LES CONSEQUENCES

La responsabilité des économistes est énorme la société leur fait confiance. Elle attend d’eux d’être renseignée, parce qu’ils sont des professionnels en la matière, professeurs de faculté, spécialistes, experts, savants en sciences économiques. Ils sont conseillers des syndicats, des partis de droite ou de gauche, du gouvernement - quand ils, ne cumulent pas les fonctions d’économiste et de ministre. Ils ont largement accès à la presse, écrite ou parlée. En somme, ils exercent une influence considérable sur l’opinion publique et particulièrement sur les personnes ayant des responsabilités. Méritent-Ils la confiance que tout le monde leur accorde ? Ne trahissent-ils pas leur mission en laissant dans l’ignorance le monde qu’ils sont chargés d’informer ? Nous aussi, nous sommes effrayés, mais n’est-ce pas par leur attitude négative, par leur silence, par leur refus d’examiner sérieusement le problème fondamental, essentiel, le plus important de tous les temps et oui est, c’est un comble, de leur seule compétence  !...
De toute façon, « on ne sait pas où on va, mais on y court !... » a dit quelqu’un. Cette petite phrase exprime parfaitement l’ignorance et la folie du monde présent. On se demande à quoi servent les économistes, qui restent aussi muets que des statues devant cette extrême confusion dans laquelle le monde s’englue. Cela suscite dans le coeur de tous le vague sentiment que rien de bon ne peut en résulter, l’humanité accomplit sa destinée sous les ailes poires de la fatalité contre laquelle on ne peut rien faire.
A l’inverse de cet abandon dû à la défaite de la pensée. au manque de courage pu au préjugé des économistes, la certitude que nous sommes sur la bonne voie, d’où l’on découvre la merveilleuse perspective d’un monde nouveau en harmonie avec le travail des machines, soulève notre enthousiasme, notre espérance et même, en dépit des apparences, notre confiance en l’humanité. Cette dernière réaliserait l’économie distributive si elle était informée comme elle devrait l’être à ce sujet, d’une importance de loin sans pareille.


Brèves

12 avril 2019 - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.