Une approche nouvelle

Publication : août 1978
Mise en ligne : 24 avril 2008

La plupart de nos lecteurs se demandent ce qu’il faudrait pratiquement entreprendre pour qu’un plus grand nombre de nos contemporains admettent les thèses de J. Duboin.
Nous sommes convaincus de leur justesse.
Il est probable, cependant, que leur application intégrale nécessitera une évolution des faits et, surtout, des esprits.
Cela suppose, hélas ! un délai assez éloigné. Et c’est surtout cela qui découragé nombre de ceux qui nous comprennent.
En attendant, et sans abandonner notre but final, pour lequel nous devons continuer à militer, ne serait-il pas possible de proposer l’utilisation dès à présent de structures actuelles du capitalisme afin d’amorcer certaines thèses d’une Economie Distributive ?
Sans que cela puisse constituer un réformisme, on pourrait, par exemple, imaginer ce qui suit :
La monnaie est actuellement créée par les mécanismes du CREDIT. Utilisons donc ce processus, qui est compris et admis par tout le monde et particulièrement les commerçants. Et modifions-le ainsi :
Les détaillants ne vendront plus qu’aux prix imposés par leurs fournisseurs. Les factures de ces derniers seront ventilées pour permettre à l’Institut d’Emission de créditer les comptes des intéressés.
L’Etat sera une des principales parties prenantes. En conséquence, il disposera ainsi de moyens financiers qui permettront d’attribuer un Revenu Social aux citoyens de toutes catégories ne contribuant pas, ou plus, à la production ou à la distribution.
Ce schéma, très simplifié, mais qui a déjà fait l’objet d’une étude plus détaillée, pourrait constituer ultérieurement une base pour la création d’un « Mouvement Distributiste ».
Il est proposé par un groupe de Camarade des Alpes Maritimes. Il serait heureux de connaître, par l’entremise de « La Grande Relève », l’opinion de nos lecteurs sur cette approche nouvelle d’une réalisation pratique.


Brèves

12 avril 2019 - Les Affranchis de l’an 2000

Fichiers ePub et PDF du livre Les Affranchis de l’an 2000 de Marie-Louise DUBOIN.