Une société sans argent ...

par  A. BATIFOULIER
Publication : février 1988
Mise en ligne : 16 juillet 2009

Sous ce titre, l’hebdomadaire "Informatique" du 21.12.1987 a publié, sous la signature d’Agnès Batifoulier, une analyse de deux ouvrages (1) sur la monétique dont voici quelques extraits intéressants :

La carte à mémoire ? Tous les observateurs sont d’accord
pour voir en elle "le signe avant-coureur d’un immense changement
économique et financier en Europe et dans le monde occidental".
Mais comment va-t-on le vivre ?...
Didier Martres et Guy Sabatier, les auteurs de "La monnaie électronique"
expliquent que ce mode de paiement entre inexorablement dans notre quotidien.
Il leur a donc paru important de "replacer cette inéluctable
transformation des habitudes dans son environnement institutionnel et
psychologique" et d’"en poser les enjeux financiers, industriels
et sociaux".
Cet ouvrage est divisé en quatre grandes parties : le contexte
de la monétique, les cartes classiques, le vidéotex ou
la banque à domicile et enfin la carte à mémoire.
Les auteurs rendent compte, étape par étape, de tout ce
qui a été fait dans le domaine du paiement par carte.
Un point clair et précis, qui fournit les bases essentielles
pour comprendre la monétique.
Pour tous ceux qui veulent aller plus loin, l’ouvrage "La Monétique"
aborde plus spécifiquement tous les aspects financiers que recouvre
ce nouveau moyen de paiement aussi bien dans notre pays qu’à
l’échelon international... En introduction, il présente
le contexte historique (la monnaie et le chèque) dans lequel
vient s’insérer la carte bancaire. Puis ils analysent "l’originalité
du système de paiement français" face aux "spécificités
des systèmes de paiement occidentaux".
...Toutes les notions d’économie nécessaires à
la bonne compréhension des systèmes de paiement y sont
expliquées comme le "float", qui résulte du
délai de traitement des opérations bancaires à
partir du moment où l’on émet un débit sur son
compte, ou le système Giro (virement, avis de prélèvement
et titre de paiement).
Dans la troisième partie de cet ouvrage, les auteurs nous font
découvrir que "la monétique, que l’on assimile trop
souvent aux seules cartes de paiement, constitue en fait un ensemble
beaucoup plus vaste" comprenant "plusieurs générations
de produits, de techniques et de fonctions".

On ignore en effet très souvent l’existence
de "la partie invisible du système de paiement" et
notamment du rôle de l’ordinateur de compensation créé
pour pallier les effets de la "dématérialisation"
de la monnaie. La monétique génère de nouvelles
stratégies bancaires puisqu’il est "désormais acquis
que la modernisation intelligente d’un système de paiement conditionne
la productivité de l’activité bancaire et, par voie de
conséquence, le coût de l’intermédiation bancaire".
Les auteurs terminent en expliquant les enjeux et les conséquences
de ces innovations financières ainsi que les stratégies
auxquelles elles conduisent. Avec une étude historique (de 1945
à nos jours) de la crise du système de paiement et du
rôle joué tour à tour par l’Etat, les banques, les
ménages, la distribution et les entreprises.

La carte à mémoire pourrait bien constituer
un élément majeur de la société de demain.
Un lendemain que l’on pourrait bien commencer à vivre très
, rapidement. N’annonce-t-on pas déjà que, dès
l’an prochain, en France, cinq millions de cartes de paiement seront
équipées de puces électroniques ?

(1) "La monnaie électronique", par
D. Martres et G. Sabatier, collection "Que sais-je" et "La
monétique" par V. Muldur et N. Dincbudak, ed. La Découverte.