Les deux mondes

par  M.-L. DUBOIN
Publication : février 1988
Mise en ligne : 16 juillet 2009

L ’EMISSION de télévision de l’A2, "Les
dossiers de l’écran" du mardi 12 janvier fut édifiante
à plus d’un titre...
Elle commençait par un film, l’histoire romancée de Marthe
Hanau. Film qui n’a pas que le mérite de nous montrer la fascinante
beauté de l’actrice Romy Schneider. Il rappelait le mécanisme
par lequel s’enrichissent bien des escrocs de grande envergure : d’abord
bluffer pour se faire confier quelques fonds, en promettant de gros
intérêts (8 % dans cette histoire qui se passait sous la
Troisième République) ; puis verser de gros dividendes
aux premiers clients, avec de l’argent frais confié par de nouveaux
gogos ainsi mis en confiance. Ensuite, c’est inévitablement la
course en avant : il faut toujours de nouveaux clients pour verser aux
précédents les intérêts promis, plus attractifs
que ceux versés par les établissements ayant pignon sur
rue (les banques à cette époque versaient 1 % d’intérêts).
Jusqu’à la chute ou la fuite.
Autre intérêt du film : montrer le pouvoir des gros banquiers
sur le pouvoir politique. On a pu voir quelle main-mise avait sur le
Président du Conseil un financier, le président d’une
grande banque, qui ressemblait fort au président de Paribas,
Horace Finally, dont mon père gardait un souvenir marquant (1).
Enfin ce film montrait l’espoir parfaitement illusoire qui peut s’emparer
des naïfs à qui on promet, pour les amener à confier
leurs économies, de devenir actionnaires : Marthe Hanau avait
montré, il y a plus de cinquante ans, la voie du "capitalisme
populaire", suivie par les libéraux qui nous gouvernent.
Mais le débat qui a suivi le film était également
fort instructif, par les contradictions et les énormités
qui y ont été proférées. Le comble a peut-être
été atteint par F. d’Harcourt, député,’
RPR. Celle-ci nous a doctement expliqué, à quelques minutes
d’intervalle, d’une part que c’est un devoir d’apporter ses économies
aux entreprises françaises pour les aider (à "créer
des emplois" a-t-elle ajouté !) et d’autre part que si les
valeurs avaient tant perdu, récemment, en Bourse, c’était
la faute -de l’étranger, de la Bourse de New-York, de Tokyo,
de Londres, etc..., dont l’impact sur les valeurs françaises
est maintenant immédiat.
Effectivement, une déclaration d’un expert en affaires, le célèbre
Bernard Tapie, faite devant la presse à Lyon, le 14 janvier,
est édifiante à ce sujet : "La Bourse... est dingue",
a-t-il dit, "le cours Terraillon a été multiplié
par cinq brusquement, ce que je trouvais sot, puis divisé par
quatre, ce qui est encore plus sot, sans qu’il se soit rien passé
d’anormal dans l’entreprise. Au contraire, nous connaissons une croissance
de 30 à 40 % par an !".
Le lendemain, 15 janvier, la Bourse de Paris subissait des bas et des
hauts, dans l’attente du chiffre donnant le déficit du commerce
extérieur des Etats-Unis. Quand ce chiffre apparut plus faible
que celui du mois précédent, donc plus faible que prévu
(treize milliards de dollars... "seulement"), la Bourse a
clôturé à la hausse : + 4 % pour les valeurs françaises.
Autrement dit les boursicoteurs français se réjouissent
de ce que le déficit du commerce américain ait diminué,
c’est-à-dire que les Américains aient un peu plus exporté,
c’est-à-dire que les Français risquent d’un peu moins
exporter, donc, globalement, de moins vendre (d’autant moins que, par
la même occasion, le cours du dollar US a remonté. La Bourse
française monte quand les entreprises françaises vendent
moins !
Alors, il faut savoir : la Bourse reflète-t-elle, oui ou non,
la santé des entreprises ?
Interrogées sur ce qu’étaient devenus les milliards (deux
mille, paraît-il) de dollars de chute des cours pendant le krach
d’octobre dernier, ni la député, ni la banquière,
ni l’agent de’ change, ni la femme d’affaires n’ont "su dire, et
pour cause, où ils sont passés...
Autre moment épique au cours du débat l’envolée
lyrique de Florence d’Harcourt expliquant qu’elle tenait à ce
que beaucoup de petits porteurs achètent, comme elle l’a fait,
des actions de TF1 pour pouvoir, étant nombreux, agir sur les
programmes, faire valoir leur volonté qu’il y ait moins de violence
à l’écran (Je me suis demandé, en l’écoutant,
est-elle idiote ou nous prend-elle pour des idiots ?). La réponse
est venue dans le journal du’ lendemain : sous le titre "la grogne
des petits porteurs", l’article du "Monde" commençait
"Je suis un petit actionnaire de TF1. C’est pourtant par la presse
que j’ai appris la tenue d’une assemblée générale.
Ma banque était incapable de me donner la date de la réunion,
ni la marche à suivre pour y participer. J’ai eu les renseignements
juste à temps pour prendre le train et venir ce matin à
Paris. Un grand groupe de communication comme le vôtre, M. Bouy
gues, pourrait-il se montrer un peu plus proche de ses actionnaires
 ?". Il continuait en expliquant que "le petit homme à
cheveux blancs" qui s’exprimait ainsi, "n’était pas
content et qu’il n’était pas le seul, le lundi 11 janvier, dans
une salle Pleyel à moitié vide" où pendant
une heure des actionnaires se sont succédé au micro, posant
les mêmes questions : "Pourquoi ne pas faire siéger
leurs représentants au Conseil d’administration, pourquoi ne
pas les associer à la gestion de la chaîne ?" Et le
journal poursuivait : "Sur la scène... le viceprésident
de la chaîne, entouré de MM. F. Bouygues et R. Maxwell,
oppose à toutes ces demandes une fin de non-recevoir polie mais
ferme"...

***

Participait aussi au débat des "Dossiers
de l’Ecran" une poupée toute en sourires. Elle nous a expliqué
qu’elle éprouve une grande admiration pour les gens qui sont
capables de gérer leur argent. Parce que, elle, vraiment, la
finance, elle n’y connaît rien. Ce n’est pas son domaine, celui-ci
étant, probablement la littérature (spécialité
la psychologie, peutêtre ?). Mais l’argent, non, vraiment, elle
ne sait pas comment il faut le manier. Alors elle laisse faire son mari,
qui est beaucoup plus compétent.
Quant on sait que ce mari s’appelle M. de Rothschild, on pousse pour
elle un soupir de soulagement. La fortune des Rothschild s’est sans
doute édifiée plus honnêtement que celle du père
J.D. Rockefeller (2), dont E. Ruggieri raconte l’épopée
le matin sur France-Inter ; elle est en tout cas assez grande pour permettre
à Nadine de dépenser sans compter...

***

Il n’en va pas de même pour la grande majorité
des femmes. Elles sont bien obligées, elles, qu’elles aiment
ou non, de gérer des budgets. Et ce n’est pas facile quand il
rentre peu d’argent au foyer. Elles le font le plus souvent avec beaucoup
d’habileté. Alors pourquoi sont-elles si peu nombreuses à
utiliser leur compétence pour essayer de comprendre les rouages
financiers de l’économie ? Pourquoi, comme tant d’hommes d’ailleurs,
s’imaginent-elles que ces questions sont l’affaire de spécialistes,
et laissent-elles ainsi les économistes si mal gérer les
ressources (les VRAIES richesses) de notre planète ?

***

C’est pourtant ce comportement de soumission, bien
trop répandu, qui permet la cassure de notre société
en deux mondes : un tout petit nombre de meneurs qui décident
du sort de tous les autres.

(1) J. Duboin était alors sous-secrétaire
d’Etat au Trésor. Il voulut réaliser une stabilisation
du franc. Ceci ne faisait pas l’affaire d’H. Finally qui lui dit qu’il
l’en empêcherait, au besoin en faisant tomber le gouvernement.
Ce qu’il fit.
(2) Le père de J.D. Rockefeller se faisait passer pour médecin
auprès des Indiens pour leur vendre une potion anti-cancer, qui
n’était en fait que de l’eau. Comme il avait appris que les Indiens
attribuaient des vertus surnaturelles aux sourds-muets, il se fit passer
pour sourd-muet, ce qui, par la même occasion lui évitait
d’avoir à répondre aux questions qui l’embarrassaient...