Ces dames au salon

par  G. LAFONT
Publication : juin 1981
Mise en ligne : 7 novembre 2008

Rien ne va plus. En ouvrant la campagne électorale, en mars
dernier - c’était l’heure du bilan et on jouait « cartes
sur table » - le candidat-président a bien été
obligé de reconnaître, sans le dire expressément
pour ne pas démoraliser ses électeurs, et sans aller jusqu’à
prononcer le mot faillite . ses chalengers l’auront fait pour lui -
que pour un septennat qui devait apporter la solution aux problèmes
de l’inflation et du chômage, c’était plutôt raté.

Un million sept cent mille chômeurs officiellement recensés,
sans parler de la hausse des prix accélérée et
du déficit de la balance des paiements, c’est un beau record.
Un record atteint il faut le dire, sa modestie dût-elle en souffrir,
grâce à la compétence du premier économiste
français, Raymond Barre. Mais ce n’est pas une raison pour pavoiser.
Le candidat-président peut toujours se consoler en disant : « 
Je ferai mieux la prochaine fois. »

On peut, certes, faire confiance à l’auteur de « DEMOCRATIE
FRANÇAISE » qui écrivait à la page 121 de
cet immortel chef-d’oeuvre : « Le plein emploi permanent est l’objectif
prioritaire de la conduite d’une économie avancée... »
Et page 1.22 : « La lutte contre l’inflation est indispensable
au progrès de notre société... » Il ira loin
ce garçon. Mais il faut lui laisser le temps. Et un nouveau septennat,
voire un septennat nouveau ne serait pas de trop pour réaliser
cette promesse irréfléchie d’un candidat à court
d’idées. Ce n’est pas en sept ans, avec tout le boulot qu’il
y a à faire à la boutique, et la pagaille qu’y ont laissée
les anciens locataires, qu’on peut faire des miracles. On commence seulement
à y voir plus clair. Alors, un peu de patience, que diable...

D’accord, mais la patience a des limites, vous diront les jeunots qui
arrivent sur le marché du travail et voient chaque jour, avec
l’apparition des nouvelles techniques de production, se réduire
leurs chances de trouver un emploi. Ils avaient cru, les naïfs,
sur la foi de nos économistes distingués, que la machine
crée plus d’emplois qu’elle n’en supprime. Sans blague ? Un million
sept cent mille chômeurs, avec les tout jeunes qui n’ont pas encore
trouvé de boulot et les moins jeunes mis à la pré-retraite
pour cause de « dé. graissage » et qui ne figurent
pas dans les statistiques, ça fait déjà beaucoup
de monde. Si encore ils ne votaient pas.

Et voilà maintenant que l’électronique, la dernière
trouvaille de la science moderne, vient nous compliquer l’existence.
Non, décidément. rien ne va plus. L’introduction de plus
en plus généralisée du robot dans l’industrie.
et de l’ordinateur dans le secteur tertiaire longtemps en expansion,
va encore conduire les entreprises, pour rester compétitives,
comme on dit, à de nouvelles réductions de leurs effectifs.
Mais les plus menacés par cette transformation seront les employés
du commerce, de la banque, des services, de l’administration, qui occupent
beaucoup de femmes.

Madame Pasquier, qui préside à la « condition féminine
 » et se sent elle aussi concernée, s’est inquiétée
de cette situation. Selon Le Monde dit 12 janvier dernier, « elle
prévoit qu’à partir de 1985 le travail des femmes sera
probablement indispensable pour permettre à la collectivité
de supporter les inactifs. »

Qu’est-ce à dire ?

Que ces dames, pour sauver la France et la Sécurité Sociale
au bord de la faillite, et faute de retrouver le travail qui leur était
jusqu’ici réservé dans les bureaux, remplaceront les travailleurs
immigrés décidément infréquentables, pendant
que, comme en Afrique, les hommes feront la sieste ?

Ou bien, puisque nous sommes des gens civilisés, qu’elles devront
reprendre « le plus vieux métier du monde », tant
que le robot ne les y aura pas remplacées, mais tous les espoirs
restent permis - tandis que les Jules, d’une terrasse de café,
surveilleront les opérations et le tiroir-caisse ?

« Ce ne sera pas encore le chaos dont nous a déjà
menacés le candidat sortant, mais, comme dirait Coluche, ce mal
embouché, déjà le bordel. »

Cela dit, je souhaite bien du plaisir au nouveau président.